Coupeur et vendeur de bois : le bois, c’est ma vie (Alerte Google / La Nation)

Lu au site :

Alerte Google – désertification

La Nation

http://www.lanation.dj/news/2007/ln94/national3.htm

 » Le bois, c’est ma vie ! » 

Dans la précédente partie de notre reportage sur le parc à bétail de Balbala, nous avions évoqué le métier de Godaneh,  » le petit forgeron « . Une autre activité non moins pénible et aussi peu convoitée a attiré notre attention au cours de ce même reportage. C’est celle de Samod Elmi, le coupeur et vendeur de bois. Rencontre avec un homme hors du commun.

La camionnette s’arrête, déchirant par ses feux et son vacarme la nuit lourde d’obscurité et de silence. Quelques torches s’allument ça et là, promenant des lueurs affolées dans la brume et dessinant des arabesques dans le ciel. A peine descendu du véhicule, Samod hurle dans la nuit. Il rassure ainsi ses amis d’infortune qui dorment à la belle étoile.  » Il me prennent pour un client. Vous savez, on en reçoit tout le temps, même à une heure aussi tardive. Notre travail est illimité », dit-il avec une pointe de fierté. La camionnette s’enfonce derrière un amas de bois et s’apprête à se débarrasser de son chargement. Toussotant par intermittence et empestant l’atmosphère d’un nuage de fumée, le vieux moteur livre toute son énergie pour évacuer les tonnes de bois avec force et fracas. De la portière, Samod tend ensuite un billet au chauffeur aux yeux exorbités par le « mirghan  » et dont la tête dépasse difficilement la hauteur du volant. Les deux hommes se serrent la main et bavardent longuement dans une atmosphère empreinte de gaieté et de complicité. Ils se serrent à nouveau la main avant de se séparer.

 Dissimilant lentement son porte-monnaie dans la poche, Samod nous glisse à l’oreille :  » Je dois payer demain mes hommes. Je veux dire ceux qui m’ont aidé à couper ce bois. C’est également à eux qu’incombe la tâche de le débiter avant de le servir aux clients.  »  Samod Elmi, un drôle d’employeur ? Qui est-il d’abord ? D’où vient-il ? Contrairement à son voisin Godaneh,  » le petit forgeron », le coupeur de bois nous raconte lui-même son histoire. C’est un interminable défilé de drames ponctués d’épisodes tantôt tragiques, tantôt comiques. Et c’est pourquoi, dans le but d’éviter de fatiguer nos lecteurs, nous en avons fait le résumé que voici.

Contraint à quitter sa brousse natale par une sécheresse particulièrement dévastatrice, Samod se réfugie chez l’un de ses cousins installé dans la banlieue de Balbala où, malgré la générosité de ce dernier, il connaît l’oisiveté et la misère, avec tout ce que cette situation suppose de déboires et de désespoir pour un ancien nomade de son rang. Il vit ainsi dans le dénouement total des années durant avant d’intégrer l’armée nationale à la suite du déclenchement de la guerre civile en 1991. C’est à Yoboki que  » le chamelier brûlant « , comme on l’appelait jadis dans son campement, enfile pour la première fois l’uniforme.

   Juste après avoir quitté l’armée, frais d’indemnisation en poche, l’ancien berger s’investit dans le commerce du bois. Ses débuts sont plutôt médiocres. Mais il s’y accroche désespérément. A défaut d’autres horizons, le bois constitue l’unique moyen de survie et pour lui-même et pour la famille qu’il aura fondée durant ses années passées dans le corps militaire. Qu’on vienne alors lui parler de désertification et il vous répondra sans détour, ni complexe :  » Le bois, c’est ma vie. J’ai choisi d’exercer ce métier parce que je dois vivre. Porter préjudice à la nature (que Dieu m’en garde) n’est nullement mon intention. Et d’ailleurs je ne coupe et ne vends que le bois mort. Croyez-moi ! »

Dit-il  toute la vérité sur son métier ? Terrible question qui relance tous les débats sur la désertification.

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s