Inondations meurtrières et gros dégâts dans l’ensemble du Sahel (Alerte Google / Challenges / Reuters)

Lu au site :

Alerte Google – sécheresse

Challenges.fr

http://bourse.challenges.fr/news.hts?menu=news_actualites&urlAction=news.hts%3Fmenu%3Dnews_actualites&idnews=RTR070815_00076019&numligne=15&date=070815

Inondations meurtrières et gros dégâts dans l’ensemble du Sahel

par Alistair Thomson

DAKAR (Reuters) – Voici quelques semaines, les paysans du Sahel s’inquiétaient parce que les pluies arrivaient trop tard, cette
année, pour leurs récoltes. Nombre d’entre eux, maintenant, s’efforcent de survivre à un déluge qui a emporté leurs stocks de vivres, détruit des milliers d’habitations et tué plus de 100 personnes dans cette région normalement très aride.

« Ce pays est un paradoxe. Les inondations sont seulement l’une des catastrophes naturelles qui le frappent régulièrement, après
les feux de brousse et la sécheresse », explique à propos du Niger Hamani Harouna, directeur du Système d’alerte rapide national.

Vingt mille personnes sont sans abri du fait des dégâts causés par les pluies et inondations depuis juillet au Niger.

En juillet, les paysans de Côte d’Ivoire se plaignaient de ce que la saison des pluies commence en retard, car cela signifiait que les
graines n’avaient pas germé et que des récoltes de première importance comme celle du coton étaient menacées.

Depuis lors, non seulement les pluies sont arrivées, mais elles sont tombées sous forme de déluge. Des scientifiques ont déclaré au
GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) que le réchauffement planétaire mondial allait entraîner un changement du modèle climatique régnant au Sahel.

Pour certains, aucun doute que le réchauffement du climat planétaire est un facteur expliquant les températures extrêmes, les
tempêtes et les sécheresses constatées ici et là sur le globe cette année.

Au Soudan, pays le plus grand d’Afrique et le plus durement touché par des intempéries récemment, des inondations ont fait plus de 70 morts depuis le début de la saison des pluies, qui, dans ce cas, est arrivée plus tôt qu’à l’ordinaire. Plus de 30.000 habitations ont été détruites et au moins 40.000 autres endommagées.

« Les pluies ont commencé au tout début juillet. Normalement, elles commencent un peu plus tard avec cette intensité », a déclaré à Reuters Maurizio Giuliano, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui dépend du secrétariat général des Nations unies.

Au moins 365.000 personnes ont perdu tout ou partie de leurs habitations, de leurs stocks de vivres et de leur mobilier au
Soudan, indique l’OCHA. L’OCHA évalue que la poursuite des pluies et des inondations touchera 265.000 autres personnes dans les semaines à venir. Les eaux d’inondation, contaminant les sources, propagent le choléra.

GRAVES INONDATIONS A THIÈS AU SÉNÉGAL

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s