Sénégal et Maroc: programme des pluies provoquées (Alerte Google / Atlas Vista)

Lu au site :

Alerte Google – sécheresse

Atlas Vista

http://www.avmaroc.com/actualite/senegal-reitere-a97947.html

Le Sénégal réitère sa reconnaissance au Maroc pour son soutien au programme des pluies provoquées

DAKAR (MAP) – Les autorités sénégalaises ont renouvelé lundi leurs remerciements au Maroc pour son soutien au succès du programme des pluies provoquées.

Pour la troisième année consécutive, le Maroc a accompagné les techniciens sénégalais dans la conduite de ce programme qui a enregistré des résultats encourageants dans toutes les régions où il a été expérimenté. Cette année, le Maroc a envoyé au Sénégal une cinquantaine d’experts et techniciens ainsi que deux avions qui ont participé aux opérations d’ensemencement des nuages.

Au terme de la campagne 2007, une cérémonie a été organisée lundi à Dakar au cours de laquelle les représentants du ministère sénégalais de l’Equipement ont salué le travail de cette équipe d’experts marocains.

En 2006, le président sénégalais, Me Abdoulaye Wade, avait décerné des décorations à trois experts marocains, chargés d’épauler les techniciens sénégalais dans le démarrage et la gestion du programme «  »Bawaan » » (pluies abondantes en langue wolof) qui a bénéficié de tout le savoir-faire marocain.

Selon le directeur de la Météorologie nationale du Sénégal, Matar Ndiaye, les «  »bonnes » » précipitations enregistrées grâce à ce projet ont permis le remplissage précoce des bassins de rétention, précisant qu’il est envisagé, au-delà de la phase expérimentale du programme d’une durée de cinq ans, d’étendre la zone-cible, à travers un programme sous-régional qui va inclure la Mauritanie, le Mali et la Gambie.

Outre le Sénégal et le Burkina Faso, où ce programme a déjà fait ses preuves, les autres pays du CILSS (Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel) ont exprimé leur intérêt pour cette technique.

Le 7-ème sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), qui s’était tenu en juin 2005 à Ouagadougou, avait également décidé la vulgarisation de la technique des pluies artificielles, développée par le Maroc, pour permettre aux pays membres de faire face au phénomène récurrent de la sécheresse.

Source : MAP

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s