CNULD : Afrique: Les parlements, points faibles de la lutte contre la désertification (Alerte Google / allAfrica / IPS)

Lu au site :

Alerte Google : désertification

allAfrica

http://fr.allafrica.com/stories/200709140001.html

Afrique: Les parlements, points faibles de la lutte contre la désertification

Evelyn Matsamura Kiapi

A la huitième session de la Conférence des parties signataires de Convention des Nations Unies pour lutter la désertification (COP8), session actuellement en cours à Madrid, la capitale espagnole, les parlements ont été invités à se pencher sur leurs résultats en matière de lutte contre la désertification. Les critiques ont été formulées dans une évaluation dénommée ‘Appliquer la Convention des Nations Unies pour lutter contre la désertification du point de vue parlementaire‘, réalisée par Uwe Holtz, professeur de sciences politiques à l’Université de Bonn en Allemagne. Elle a été rendue publique le 12 septembre lors du septième Forum des parlementaires sur la Convention (UNCCD).

« Le rôle des parlements dans le processus d’application de l’UNCCD est insignifiant. Pour la prochaine décennie, les parlements devraient renforcer, de façon stratégique, leur rôle dans la lutte contre la désertification… Ils doivent s’intégrer dans une volonté politique réelle pour s’attaquer au problème de la désertification », indique l’évaluation.

« Les engagements spécifiques pris par les parlementaires au cours des discussions précédant la table ronde des parlementaires sur l’UNCCD doivent être réaffirmés et méritent plus de suivi », précise le document.

« L’Union interparlementaire (UIP) devrait donner à ce forum des parlementaires un appui plus solide. Les parlements nationaux et régionaux sont encouragés à créer des mécanismes parlementaires internationaux de surveillance et à faire un meilleur usage des activités du Réseau des parlementaires de l’UNCCD qui, lui-même, a besoin de financements réguliers ».

Comme pour soutenir ces observations, la présence des députés à l’ouverture du forum était faible, particulièrement ceux des pays en développement qui sont les plus touchés par la désertification (la dégradation est plus intense en Afrique).

« Je me demandais pourquoi il y a si peu de délégués ici », a déclaré à IPS Job Yustino, président de la Commission des ressources environnementales et nationales du parlement tanzanien. « C’est comme si les parlements ne sont pas si engagés dans ces questions environnementales ».

La Conférence des parties qui se tient du 3 au 14 septembre, et qui a attiré environ 2.000 délégués venus du monde entier, a lieu à un moment où les préoccupations au sujet des efforts consentis au plan mondial pour faire face à la désertification se font plus insistantes.

Trois décennies se sont écoulées depuis la première rencontre de l’ONU sur ce sujet, la Conférence des Nations Unies de 1977 sur la désertification tenue à Nairobi, la capitale kenyane.

Toutefois, le surpâturage, la déforestation, les mauvaises méthodes d’irrigation et un tas d’autres problèmes entraînant la dégradation des terres ont toujours cours dans les zones arides qui couvrent plus du tiers de la terre, également sujet à la désertification. Ces difficultés sont souvent engendrées par la pauvreté et aggravées par le changement climatique.

« Alors qu’il est généralement accepté que les hommes doivent protéger la couche d’ozone et la biodiversité, l’importance de sauver la terre de la dégradation et de l’érosion n’est pas reconnue de façon adéquate », fait remarquer l’évaluation qui indique que l’UNCCD a eu un effet « mitigé ».

La convention a été adoptée en 1994 dans le but d’encourager l’action et la coopération nationale et internationale pour lutter contre la dégradation des terres. Elle est entrée en vigueur le 26 décembre 1996.

Actuellement, plus de 250 millions de personnes sont directement touchées par la désertification, selon les statistiques de l’UNCCD, et un autre milliard est menacé. Le coût financier annuel de la désertification est évalué à quelque 42 milliards de dollars US, tandis que le coût humain est perçu en terme de migration, de faim et de conflit.

Outre les critiques adressées aux législateurs, l’évaluation s’est également intéressée aux Etats qui devraient faire de la lutte contre la désertification une priorité, et à ceux qui sont en position de financer les efforts de protection des terres, soulignant que leur performance « a été en dessous de la moyenne ». Les efforts du secrétariat de l’UNCCD pour stimuler et aider à mettre en oeuvre les initiatives pour lutter contre la dégradation des terres sont également jugés en dessous de la moyenne.

(continue)

 

 

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s