Changements climatiques en Afrique : avis de tempête (Alerte Google / Le Messager)

Lu au site :

Alerte Google – sécheresse

http://www.lemessager.net/details_articles.php?code=119&code_art=20673

Changements climatiques en Afrique : avis de tempête

Les répercussions des changements climatiques sur la population suscitent de plus en plus d’inquiétudes dans le monde entier, alors que des milliards de tonnes de déchets industriels polluent l’atmosphère chaque année, retenant une trop grande quantité de chaleur solaire et entraînant de dangereux bouleversements du climat et des phénomènes météorologiques de par le monde.

L’Afrique subsaharienne produit moins de 4 % de ces émissions – les gaz à effet de serre – soit bien moins que l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Asie et d’autres régions industrialisées. Mais le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, groupe de chercheurs établi par l’Onu, a établi que l’Afrique subit déjà les effets des changements climatiques et en pâtira davantage dans les années à venir. Le Sahel et d’autres régions semi-arides risquent de souffrir d’une aggravation de la sécheresse. Un tiers de la population du continent vit déjà dans des zones de sécheresse, et 75 à 250 millions de personnes supplémentaires pourraient être menacées par les changements climatiques. Les régions sujettes à inondations de l’Afrique australe pourraient devenir plus humides encore du fait de l’évolution des conditions climatiques, les inondations étant plus fréquentes et les opérations de secours accaparant des ressources aujourd’hui consacrées au développement.
L’agriculture du continent, qui souffre déjà de sa dépendance vis-à-vis de l’irrigation pluviale et de la mauvaise qualité des sols, risque d’être durement touchée à mesure que la sécheresse et les inondations s’étendront et que les saisons de végétation changeront. Un tel scénario constituerait une catastrophe humanitaire et économique sur un continent où les activités agricoles représentent 70 % des emplois et sont souvent le moteur des économies nationales, sources de recettes d’exportation et de denrées alimentaires à bas prix. Des études prévoient que d’ici 2020, les cultivateurs de certains pays ne récolteront que 50 % de leur production actuelle.

“Déplacés climatiques”

L’Onu estime que, du fait de la détérioration des conditions de vie, quelque 50 millions de personnes “déplacées climatiques” de par le monde pourraient se joindre aux flux de migrants qui traversent les frontières et les océans à la recherche de nouveaux moyens d’existence. Bon nombre d’entre eux s’installeront dans des villes surpeuplées qui ont déjà du mal à offrir des emplois, des logements et des services de base. Ce phénomène accroîtra également le risque de maladies comme le paludisme. Certaines régions non contaminées pourraient le devenir à mesure que les changements climatiques permettront aux moustiques porteurs de la maladie de se développer. L’Organisation mondiale de la santé prévoit que jusqu’à 80 millions de personnes supplémentaires pourraient ainsi contracter cette maladie de par le monde.

Adaptation

Conscients de la vulnérabilité du continent, les dirigeants africains soutiennent depuis longtemps la lutte de la communauté internationale contre le réchauffement planétaire. Mais la réduction des émissions n’a jamais constitué la priorité absolue d’un continent dont les rares industries ne produisent que de faibles quantités de gaz à effet de serre. Les gouvernements du continent et leurs partenaires de la société civile et du développement s’efforcent plutôt de se préparer aux bouleversements climatiques à venir et d’aider les communautés vulnérables à s’y adapter. Le programme de développement de l’Afrique comporte des projets visant à renforcer les moyens de lutte des communautés contre les changements climatiques. Les réseaux d’irrigation, par exemple, sont à la fois essentiels pour la sécurité alimentaire et pour lutter contre les changements climatiques. Lorsque les saisons pluvieuses seront plus irrégulières, l’irrigation permettra aux agriculteurs de continuer à gagner leur vie, d’accroître la production alimentaire et de préserver les communautés rurales.

La principale difficulté est d’ordre financier, explique l’expert Sierra-Léonais de la météorologie Ogunlade Davidson. “Les changements climatiques auront des incidences considérables pour l’agriculture africaine, la contraignant à revoir ses pratiques. Mais sans un financement suffisant, elle n’en sera pas capable”, car l’irrigation, les engrais, les techniques agricoles modernes et les semences de bonne qualité coûtent cher, dit-il. “Comme l’Afrique n’a jamais profité des avantages financiers qui ont causé au départ la production de gaz à effet de serre, elle n’a jamais accumulé les richesses nécessaires pour lutter contre les bouleversements climatiques.” De ce fait, l’Afrique se heurte aujourd’hui aux conséquences d’une situation dont elle n’est pas responsable, nécessitant des moyens qu’elle n’a pas. “C’est un double handicap.”

L’Afrique reçoit néanmoins de l’aide de la part de deux fonds administrés par le Fonds mondial pour l’environnement, organisme de financement établi en 1991 pour participer aux projets de préservation de l’environnement des pays en développement. Le Fonds pour les pays les moins avancés est réservé aux Etats de cette catégorie, alors que le Fonds spécial pour les changements climatiques finance les projets liés aux conditions climatiques dans tous les pays en développement.

L’Ethiopie a reçu du fonds spécial 1 million de dollars pour l’aider à financer un projet de 3 millions de dollars visant à lutter contre l’érosion des sols. Le Kenya a reçu 6,5 millions de dollars dans le cadre d’un projet de 51 millions de dollars de gestion et de réduction des effets des changements climatiques. Cependant, d’après M. Davidson, spécialiste des questions énergétiques et co-président du rapport sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, ces financements sont trop faibles pour véritablement changer la situation des communautés vulnérables. Jusqu’à très récemment, note-t-il, l’argent déboursé par la communauté internationale à cet effet était essentiellement réservé à la recherche scientifique sur les causes du réchauffement planétaire plutôt qu’à aider les pays pauvres à s’y adapter. “Prenez l’exemple de l’énergie, dit-il. Si vous voulez des installations moins polluantes, il faudra faire des investissements très lourds, qui dépassent de loin les possibilités de ces pays. Qui assumera ces frais ?”

L’engagement de la communauté internationale est donc essentiel, car “c’est elle qui a les moyens d’intervenir. Mais si cette aide est assortie d’une longue liste d’obstacles et de conditions bureaucratiques, les pays demandeurs n’y auront pas accès et les problèmes subsisteront”, prévoit-il. Le temps des études et des projets pilotes est révolu. “Il est temps d’agir”, conclut-il.

Par Michael Fleshman Onu Afrique Renouveau http://www.un.org/AR
Le 24-09-2007

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s