Tunisie: Variétés de céréales résistantes à la sécheresse (Alerte Google / Africa Time)

Lu au site :

Alerte Google – sécheresse

http://www.africatime.com/tunisie/nouvelle.asp?no_nouvelle=353371&no_categorie

Agriculture: La recherche scientifique pour doper la production des céréales…

(Le Quotidien (Tn) 05/10/2007)

Face à la flambée du cours des céréales sur le marché international, la Tunisie, qui dépend de l’importation pour couvrir ses besoins en blé dur, mise beaucoup sur les unités de recherche scientifique pour développer des variétés de céréales résistantes à la sécheresse et aux maladies. Plusieurs travaux sont en cours d’élaboration dans les unités de recherche comme ceux menés à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT)…
Durant la campagne 2006-2007, la production des céréales en Tunisie a atteint 20 millions de quintaux, soit une augmentation de 20% par rapport à la campagne précédente. La production nationale est constituée notamment de blé dur et tendre et d’orge et elle provient essentiellement de la région de Béja au Nord-Ouest. Les superficies emblavées ont progressé à la même occasion pour passer de 1,3 million d’hectares à environ 2 millions 589 mille hectares.

Chapitre importation, la Tunisie a importé quelque 2,6 millions de tonnes de céréales en 2006. Ses principaux fournisseurs sont les Etats-Unis, le Canada et l’Europe, notamment en matière de blé dur.

Cette situation risque d’alourdir davantage la facture payée par l’Etat en terme de subvention. Pour réduire cette facture, la stratégie nationale mise sur le développement de la production nationale en accordant des avantages aux agriculteurs. Les derniers en date sont les mesures présidentielles annoncées au début de cette semaine et destinées à rationaliser l’exploitation des potentialités existantes dans le domaine des grandes cultures. Mais l’intérêt porte également sur le domaine de la recherche. Les résultats des recherches menées dans le secteur des grandes cultures revêtent en fait un caractère stratégique pour un pays importateur de céréales comme la Tunisie, surtout avec la hausse continue des prix des céréales à l’échelle mondiale.

A l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT), les recherches destinées à promouvoir les performances du secteur des grandes cultures commencent déjà à sortir des laboratoires.

L’INRAT a récemment mis à la disposition des agriculteurs tunisiens des variétés de céréales et de légumineuses stables et tolérantes à la sécheresse et aux maladies. Les travaux au sein de l’INRAT ont porté par ailleurs sur la promotion de la technique de l’assolement qui consiste à altérer les plantations afin d’accroître leur rendement et à éviter l’épuisement des sols. Cette méthode permet d’augmenter la production de 10%.

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s