Désertification et dégradation des sols menacent l’Afrique (Alerte Google / Actualités News

DESERTIFICATION

Lu au site : Alerte Google / désertification

Actualités News Environnement

http://www.actualites-news-environnement.com/13052-desertification-degradation-sols-Afrique.html

La désertification et la dégradation des sols menacent l’Afrique

Selon la Banque Mondiale, la désertification et la dégradation des sols menacent la subsistance des Africains. « La désertification et la dégradation des sols constituent de graves problèmes pour l’environnement. L’Afrique subsaharienne endure ces deux fléaux ; le besoin d’une action concertée est urgent, afin de diminuer les risques qui planent sur les populations pauvres. »

Les décideurs aux prises avec le défi de la croissance économique africaine feront bien d’affronter le double problème de la désertification et de la dégradation des sols, qui mine silencieusement la fertilité des terres et les services écosystémiques du continent.


La désertification est une forme très sévère de dégradation des sols, entraînant une perte graduelle et inexorable de productivité agricole et un net déclin de la santé écologique des écosystèmes. Sous son influence, les paysages se muent en étendues lunaires sans vie, les dunes de sable empiètent progressivement sur les terres cultivables, les pâturages se dénudent et les nappes aquifères se tarissent.

Le phénomène pèse sur l’avenir environnemental de l’Afrique, mais plus encore sur son avenir économique, en raison du coup de frein qu’il impose aux activités liées à la qualité des écosystèmes.

Prenons l’exemple de l’agriculture. La désertification, la sécheresse et, ces derniers temps, le changement climatique produisent leurs effets néfastes sur ce secteur, menaçant par là même la principale source de subsistance – et d’exportations – de millions de personnes déjà démunies.

Les terres sèches, arides ou semi-arides sont particulièrement exposées aux ravages de la désertification. Les régions sèches abritent environ deux milliards de personnes, soit le tiers de l’humanité, et couvrent plus de 40 % de la surface de la planète.

Selon le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), le continent africain a connu sept périodes majeures de sécheresse au cours des quatre dernières décennies. Dans deux régions clés, le Sahel et la corne de l’Afrique, les sécheresses de 1972-1974 et de 1981-1984 ont massivement touché la population, causant des perturbations sociales profondes.

En dégradant globalement les écosystèmes, la désertification prive les moins nantis de services environnementaux essentiels. Une terre dégradée ne peut plus produire de récoltes, de fourrage pour le bétail ou de bois combustible. On observe déjà, pour l’Afrique, des rendements agricoles inférieurs d’un tiers à ceux obtenus en Asie.

De fait, l’Afrique sub-saharienne est la seule région du monde dans laquelle la production alimentaire stagne, alors que la faim gagne du terrain.

Lorsqu’il aborde les problèmes environnementaux posés par le changement climatique, le rapport The Economics of Climate Change (2007) de sir Nicholas Stern tire la sonnette d’alarme : la baisse de productivité agricole pourrait priver des centaines de millions de personnes, particulièrement en Afrique, de la possibilité de produire ou d’acheter suffisamment de nourriture. L’étude souligne également que les écosystèmes seront lourdement affectés par le changement climatique, puisqu’un réchauffement de 2° C seulement pourrait entraîner l’extinction de 15 % à 40 % des espèces.

La préservation de la fertilité des sols et la protection de la base de ressources écologiques est primordiale pour les économies fondamentalement agraires des 47 pays, au sud du Sahara, dont les activités agricoles représentent 25 % à 50 % du produit intérieur brut.

« La désertification et la dégradation des sols constituent de graves problèmes environnementaux », affirme Marjory-Anne Bromhead, responsable du secteur Environnement et Ressources Naturelles de la Banque mondiale pour la Région Afrique. « L’Afrique sub-saharienne endure ces deux fléaux ; le besoin d’une action concertée est urgent, afin de diminuer les risques qui planent sur les populations pauvres. »

L’initiative TerrAfrica : La Banque mondiale et ses partenaires, dont le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), ont lancé en 2005 l’initiative TerrAfrica, afin de lutter plus vigoureusement contre la dégradation des sols en Afrique sub-saharienne. Sa mission consiste à promouvoir les pratiques de gestion durable des sols, en mobilisant les groupes d’intérêts communs, les connaissances ainsi que les financements à grande échelle.

Les exemples ci-dessous illustrent les progrès réalisés par trois pays avec l’aide de TerrAfrica et montrent les potentialités concernant le lancement d’activités de gestion durable des terres à plus grande échelle.

L’Éthiopie, pays regorgeant de ressources naturelles, a fait de la lutte contre la dégradation des sols une priorité dans presque toutes ses stratégies nationales. Au sein de son partenariat avec TerrAfrica, le ministère éthiopien de l’Agriculture et du Développement rural développe actuellement un cadre d’investissement pour la gestion durable des sols (GDS). Ce dispositif permettra d’aligner, de coordonner et d’accroître les fonds alloués dans ce domaine pour le bénéfice ultime des populations rurales qui dépendent de la terre en matière de nourriture, de revenus et de services environnementaux.

Le Ghana a reconnu le caractère critique de la dégradation des sols, problème complexe nécessitant la coopération de plusieurs secteurs tels l’agriculture, l’environnement, la foresterie, les mines et les ressources hydriques. En accord avec la nouvelle architecture d’aide au développement définie pour le pays, le gouvernement ghanéen encourage la généralisation de la gestion durable des sols, dans le cadre de TerrAfrica, par une mobilisation programmatique des opérations centrée sur la gestion des ressources naturelles, la gouvernance environnementale et le développement agricole.

Le Mali s’est engagé à combattre la désertification : il a mis sur pied un groupe de travail pour guider l’expansion de la gestion durable des sols sur une base programmatique. Le plan d’action prévoit, outre l’augmentation des investissements sur le terrain, un travail analytique d’examen des dépenses publiques de GDS. Celui-ci consiste à évaluer intégralement les coûts associés à la dégradation des sols et à entreprendre une analyse institutionnelle, afin d’orienter les processus de coordination interministérielle.

« Les enjeux sont excessivement élevés », souligne Christophe Crépin, expert en environnement auprès de la Banque mondiale pour la Région Afrique qui héberge le secrétariat de TerrAfrica. « En travaillant directement avec les gouvernements africains, le partenariat TerrAfrica renforce notre capacité collective à résoudre les problèmes de désertification et de dégradation des sols, et contribue de ce fait à préserver l’avenir environnemental de l’Afrique. »

En septembre 2007, 191 pays se sont rencontrés à Madrid, sous l’égide de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, afin d’élaborer un plan d’action prévisionnel sur dix ans contre les menaces multiples liées à la désertification.

L’engagement de la Banque mondiale pour soutenir les pays dans leur lutte contre la désertification ne date pas d’hier. Entre les années fiscales 2001 et 2006, elle a consacré 1,4 milliards de dollars à des projets de gestion des ressources naturelles, dont 701 millions spécifiquement destinés à la gestion durable des terres. Le développement de l’Afrique demeure la plus haute priorité de la Banque mondiale.

Plus récemment, le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a engagé plus de 200 millions de dollars dans des projets de GDS en Afrique sub-saharienne, à travers son programme d’investissement stratégique (PIS). Chaque dollar investi a drainé quatre dollars supplémentaires de cofinancement.



Voir aussi :
– Mécanisme international d’expertise scientifique sur la biodiversité
– Le commerce équitable en France connaît une croissance soutenue

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Une réflexion au sujet de « Désertification et dégradation des sols menacent l’Afrique (Alerte Google / Actualités News »

  1. Cameroun ,le 17/12/2007

    Mesdamme, Monsieur,

    Je me permet de venir auprés de vous, enfin de prôner le combat et la lutte contre le réchauffement climatique et celui de la désertification en Afrique .
    je suis un écologiste j’étudie sur le genre de jachére existent dans mon pays ,sur les méthodes d’utilisation du fourrage ,les données pour l’amelioration et la fertilité du sols.
    je venais de lire votre article sur le net parlant des problème de la dégradation des sols, et les projet liés à cet effet ;permetter moi Monsieur de travailler avec vous .
    Je suis également membre de L’O.C.P.A (organisation Camerounaise pour la Protection de L’Arbre). Tout en espérant que mon mail vous parviendra je vous transmet mes sincéres salutations; Les voeux de noel et de nouvel an.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s