Atelier sous-régional sur la lutte contre la désertification (Alerte Google / French Xinhuanet)

Lu au site : Alerte Google / désertification

http://www.french.xinhuanet.com/french/2007-11/21/content_527180.htm

Afrique/environnement: un atelier sous régional sur la lutte contre la désertification et la dégradation des terres se tient à Niamey

NIAMEY, 20 novembre (XINHUA) — Un atelier sous régional sur la lutte contre la désertification et la dégradation des terres,  regroupant cinq pays, s’est ouvert mardi à Niamey, capitale du  Niger.  Cet atelier qui durera quatre jours, vise à évaluer les  tendances d’évolution de la dégradation des terres, la diversité  biologique et l’impact du changement climatique sur la diversité  biologique de la dégradation des terres.

Le représentant du ministère nigérien de l’Environnement et de  la Lutte contre la désertification, Billa Maina, qui présidait  l’ouverture de cet atelier, a souligné la nécessité pour les pays  du Sahel de disposer d’indicateurs pour la dégradation des terres  et pour la prise des décisions et ceci en raison des facteurs  climatiques et démographiques. « Ces dernières années, nos population sous régionales connaissent une forte croissance, ce qui a des impacts sur la  couverture végétale de nos pays. C’est pour cela que le présent atelier doit reposer sur l’analyse des données disponibles dans nos pays, afin de pouvoir améliorer les structurations nécessaires en ce qui concerne la prise de décision pour la dégradation des  sols de la sous région », a déclaré M. Maina. Il a par ailleurs affirmé que « les principaux résultats  attendus à l’issue de cet atelier sont l’analyse des donnés  structurées, la définition du produit des indicateurs afin  d’évaluer les tendances d’évolution des dégradations des sols et  de l’impact des changements climatiques sur la diversité  biologique de la dégradation des terres et l’attribution du rôle  d’activité aux principaux membres de cet atelier. 

Pour sa part, le représentant de l’observatoire du Sahel et du  Sahara (OSS) Boubacar Issifou a, dans son discours, souligné la  pertinence du choix de Niamey pour cet atelier qu’il estime « bien  fondé, parce que le Niger a déployé des efforts en ce qui concerne le développement de l’OSS ».  « La sous région sahélienne est la plus touchée par le  phénomène de sécheresse et de dégradation de sols, et par là, la  plus au monde vulnérable aux effets néfastes des changements climatiques », a affirmé M. Issifou. « Nous sommes censés prendre conscience des enjeux de ces  changements et encourager les chercheurs à saisir toutes les  opportunités pour développer les démarches scientifiques », a-t-il  encore indiqué. 

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s