Maroc: appui au programme de sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne (Alerte Google / Le Matin)

Lu au site : Alerte Google / sécheresse

http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=1055

34e session de la FAO

Le Maroc appuie le programme de sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne

Le Maroc contribue à la mise en œuvre du Programme spécial de la sécurité alimentaire dans les pays africains subsahariens, a affirmé, mardi à Rome, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch.

Internant en plénière lors de la 34e session de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Akhannouch a salué les résultats « forts encourageants » enregistrés dans le cadre de ce programme tout en souhaitant de voir s’élargir son champ d’intervention.  Le Maroc, qui compte sur l’appui et le soutien de la FAO à ce programme en tant que structure spécialisée, sollicite, a-t-il dit, une augmentation des moyens qui lui sont alloués ainsi qu’à la coopération technique, afin de répondre aux besoins urgents des pays désireux de bénéficier de la coopération Sud-Sud.
M. Akhannouch a souligné d’autre part que ‘la sécurité alimentaire a toujours constitué l’une des priorités nationales des politiques économiques du Maroc qui œuvre à assurer l’approvisionnement continu du pays en produits alimentaires et ce à travers le développement d’une agriculture productive, l’exploitation responsable de ses ressources halieutiques et le développement des activités littorales et aquacoles’.

Le taux de couverture des besoins nationaux en produits de base ont atteint, selon le ministre,  »des niveaux satisfaisants, couvrant en particulier 100 % pour les fruits et légumes, 98 % pour les viandes, 85 % pour les produits laitiers, 55 % pour le sucre et 60 % pour les céréales » ».

Evoquant la superficie agricole, M. Akhannouch a indiqué que l’agriculture irriguée, bien qu’elle n’en couvre que 11 %, assure à elle seule 45 % de la valeur ajoutée agricole et contribue considérablement aux exportations marocaines tout en jouant un rôle vital dans l’approvisionnement du marché national surtout en période de sécheresse.

De même, les régions à agriculture pluviale, qui souffrent des effets de la sécheresse et de la raréfaction de l’eau, ont enregistré des investissements importants, privilégiant les programmes de petite et moyenne hydraulique, l’introduction de plantes résistantes à la sécheresse et le développement de l’élevage.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s