Conventions de Rio et changements climatiques (Alerte Google / Infotunisie)

Lu au site : Alerte Google / désertification

http://www.infotunisie.com/2007/11/191107-5.html

Synergie des conventions de Rio de lutte contre les changements climatiques

 

La première séance des travaux de la conférence internationale sur « la solidarité internationale pour des stratégies face aux changements climatiques dans les régions africaines et méditerranéennes » que la Tunisie abrite du 18 au 20 novembre 2007 a été consacrée à la synergie des conventions de Rio des Nations Unies pour faire face aux changements climatiques. Les interventions présentées, à ce sujet, ont porté sur les problématiques qui se posent à l’échelle internationale en matière de changements climatiques, les programmes d’évaluation des retombées de la hausse des températures sur les écosystèmes et les ressources naturelles ainsi que sur les orientations futures pour la préservation de ces ressources et la lutte contre la désertification à l’échelle internationale.

 

M. Ahmed Djoghlaf, secrétaire exécutif de la convention sur la diversité biologique, a indiqué que les changements climatiques sont l’une des causes majeures de la perte de la biodiversité, précisant que selon le rapport du groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), jusqu’à 30% des espaces animales et végétales aujourd’hui recensées risquent de disparaître avant la fin du siècle en cours.

 

Il a encore affirmé que les rapports élaborés par plusieurs organisations internationales constituent un appel pressant pour coordiner les efforts et faire face aux effets nocifs des changements climatiques, l’impact de l’homme sur l’environnement n’étant plus à négliger et les systèmes écologiques ne pouvant par conséquent plus répondre aux besoins des générations futures.

 

L’expert international a déclaré qu’aucun continent, système écologique ou être vivant n’est à l’abri de ces changements climatiques, ajoutant que plus de 6 millions d’hectares de terres arables sont engloutis chaque année par la désertification et que 8 des 10 pays les plus pauvres du monde sont situés dans les zones arides, principalement en Afrique, ce qui signifie que les changements climatiques ne font qu’accroître l’ampleur du défi environnemental auquel l’Afrique est confrontée.

 

 

M. Luc Gnacjda, secrétaire exécutif de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) a souligné, pour sa part, que 90% de la population des zones arides, estimée à environ deux milliards de personnes vivent dans les pays en développement ainsi que les plus vulnérables en Afrique. (continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s