Sénégal : lutte contre la désertification (Alerte Google / Le Soleil)

Lu au site : Alerte Google / désertification

http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=30812

LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION : La phase II lancée à Thiénéba

 

Après une première phase qui a connu un grand succès auprès des populations bénéficiaires de l’arrondissement de Thiénéba, à savoir, les communautés rurales de Ngoundiane et de Ndiéyène Sirakh, le programme de lutte contre la désetrtification, financé par le Cilss, et piloté par l’Ong Green Sénégal, a enclenché une autre étape dite de consolidation dans les mêmes communautés rurales. Dix villages sont concernés par ce programme, selon un technicien du monde rural. Actuellement, ce sont des populations heureuses et entrevoyant l’avenir avec optimisme, qui remercient vivement la coordinatrice de l’Ong Green Sénégal, par ailleurs, présidente du Congad, Woré Gana Seck et son équipe. Ils ont assuré une très bonne formation à ces populations, notamment dans le renforcement de leurs capacités dans la gestion des ressources naturelles, la lutte contre la dégradation des sols, la formation en techniques forestières, l’agro-foresterie, la fertilité des sols, la valorisation des produits locaux, etc…

 

Pour la patronne de Green, rien ne sera laissé au hasard dans le cadre de la seconde phase où une enveloppe de 36 millions a été dégagée pour répondre positivement aux besoins des bénéficiaires, contre 17 pour la première phase. S’agissant de la formation, ce sont 300 producteurs qui ont été formés au centre, en raison de 10 pour chaque session.  » Nous accompagnons les femmes qui se sont orientées dans l’exploitation de la noix d’anacarde. Elles sont plus que jamais déterminées à accroître leurs rendements et à lutter contre la pauvreté sous toutes ses formes. Par ailleurs, ces actrices de développement ne cessent de faire preuve d’imagination pour mettre fin à la toxicité du liquide lors du décortiquage de la noix d’anacarde », explique Woré Seck qui rappelle par ailleurs, que nonobstant l’ardeur au travail de ces femmes, il y a également que les besoins en noix d’anacarde font bien défaut dans cette zone. (continue)

ABDOURAHMANE SARR GONZALES

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s