OGM pour résister aux pires sécheresses (Alerte Google / Cyberpresse)

Lu au site : Alerte Google / sécheresse

http://www.cyberpresse.ca/article/20071126/CPSCIENCES/71126142/1020/CPSCIENCES

Des plantes génétiquement modifiées pour résister aux pires sécheresses

Agence France-Presse

Washington

Des chercheurs ont mis au point des plantes génétiquement modifiées capables de résister aux pires sécheresses avec des besoins infimes d’eau, selon une étude rendue publique lundi aux États-Unis.

Cette découverte pourrait avoir des implications importantes pour la production de nourriture, y compris dans des conditions extrêmes, estiment les auteurs de cette recherche. «Nous avons supposé qu’il était possible d’accroître la tolérance des plantes à la pression de la sécheresse en retardant la sénescence des feuilles durant une sécheresse», ont indiqué Rosa Rivero de l’Université de Californie à Davis, et Mikoko Kojima de l’institut de recherche japonais Riken de Yokohama, dans la revue Comptes-rendus de l’Académie des Sciences des États-Unis (PNAS) datée du 4 décembre. Chez les végétaux, loin d’être une simple dégradation des conditions de vie de la cellule, voire une simple dégénérescence de celle-ci, la sénescence est un processus contrôlé génétiquement. En effet, certains gènes s’expriment uniquement au moment de la sénescence tandis que d’autres deviennent silencieux. «Notre hypothèse est que la sénescence est due à l’activation d’un +programme de la mort+ de certaines cellules. Ce programme pourrait être activé de façon inappropriée chez certaines plantes à l’occasion de sécheresse. Supprimer ce programme pourrait donc permettre à des plantes de mieux se prémunir face à la sécheresse», ont expliqué les chercheurs.
Se basant sur leurs recherches sur des plants de tabac génétiquement modifiés, les chercheurs ont ajouté le gène IPT (isopentényl transférase) produisant une enzyme qui fabrique une hormone appelée cytokinine (CK). La cytokinine encourage les feuilles à rester vertes y compris en période de sécheresse.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s