Maroc : Campagne agricole et retard des pluies (Alerte Google / Albayane)

Lu au site : Alerte Google / sécheresse

http://www.albayane.ma/Detail.asp?article_id=67781

Campagne agricole et retard des pluies : L¹inquiétude s’installe

La saison agricole s¹annonce difficile, constatent les professionnels. Le retard des pluies, alors qu¹on en est à la mi novembre, suscite de fortes inquiétudes. Des inquiétudes nourries et par le dysfonctionnement marquant la gestion des intrants, et par le retard pris quant à la prise des décisions nécessaires au niveau de département de tutelle. Le constat est on ne peut plus unanime. La campagne agricole 2007-2008 n¹augure pas d¹une bonne récolte et s¹annonce malheureusement difficile pour les agriculteurs, si jamais cette sécheresse se prolonge quelques semaines encore. Les conditions climatiques ont été, jusqu¹à maintenant, peu favorables. La météorologie nationale, elle, ne prévoit pas de précipitations, du moins pour les cinq jours à venir. Cependant, elle annonce pour cette semaine une baisse des températures, selon Mohamed Belouchi, ingénieur au service météorologique.
La situation est d¹autant plus critique qu¹elle succède à une année de sécheresse altérant les réserves des nappes phréatiques. De leur côté, les stocks des barrages (Souss, Moyen Atlas) connaissent un déficit dont s¹alarment les opérateurs.

Mauvaise gestion des intrants

En plus d¹une météo très peu clémente, le comportement humain apporte son lot de complications. Les dysfonctionnements constatés dans la gestion des intrants, montrant du doigt le ministère de l¹agriculture, sont fortement dénoncés par les professionnels. Ces derniers considèrent que ce département a été incapable de faire face à la situation de crise actuelle. On lui reproche surtout le retard pris dans la prise de décisions, ce qui a ouvert la voie aux spéculateurs et autres intermediares qui profitent pleinement de la situation au détriment des agriculteurs. La série de mesures promises récemment par le ministère, pour soutenir les agriculteurs et réunir les conditions adéquates à un bon démarrage de l¹actuelle campagne agricole, est jugée, tout simplement, classique confirme un opérateur. Car les semences céréalières et fourragères sont subventionnée depuis 20 ans, et que la hausse à 115 dirhams le quintal (au lieu de 100 DH/q auparavant) ne compense guère leur hausse de 30%. De même qu¹on relève le manque de mesures importantes, notamment celles se rapportant à aux crédits accordés aux agriculteurs et l¹exonération des plus pauvres.

McKinsey, chargé d¹étude

La situation étant ce qu¹elle est, il va falloir réviser les prix des semences, particulièrement ceux consacrées au cheptel (fourrages), d¹autant plus que l¹Aïd Al Adha est à nos portes. Pour éviter justement la spéculation et reglémenter le marché aux bestiaux comme le revendiquent les professionnels. Ces derniers réclament plus de visibilité en matière de semences et recommandent que les périmètres irrigués soient consacrés en grande partie à la culture des semences fourragères pour juguler la montée des prix du mouton.
(continue)
Fairouz El Mouden

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s