Afrique Verte (Alerte Google / Relief Web)

Lu au site : Alerte Google / sécheresse

http://www.reliefweb.int/rw/RWB.NSF/db900SID/RMOI-79U2X6?OpenDocument

Afrique Verte – Actualités – No. 48 – décembre 2007

Un marché céréalier dans l’expectative

Le Comité Permanent inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) et le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE) ont organisé la 23ème réunion annuelle du Réseau de prévention des crises alimentaires dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest du 27 au 30 novembre 2007 à Bruxelles où Afrique Verte était invitée et a présenté les bourses céréalières. Du coté des instituts de statistiques agricoles, le contexte est marqué par des prévisions de production 2007-2008 largement supérieures à la moyenne des 5 dernières années. Pour la zone CILSS, il est attendu une récolte céréalière de plus de 15 millions de tonnes, soit une hausse de 17% par rapport à cette moyenne. Seuls le Cap Vert et le Sénégal auraient des productions inférieures à cette même moyenne. Néanmoins, sur la base des bilans établis par l’ensemble des pays du CILSS, il est attendu une disponibilité céréalière de 13 millions de tonnes, soit une couverture des besoins de 95 %. Il se dégagerait ainsi un déficit de 760.000 tonnes. Du coté des paysans, le bilan est moins optimiste. La campagne a été marquée par la sécheresse en début et fin de saison puis par des inondations en août. Dans de nombreuses régions, les producteurs sont inquiets. Pourquoi ce décalage entre techniciens et paysans ? A cette date de l’année, les prévisions sont réalisées à partir de la couverture végétale. Mais un champ bien touffu ne signifie pas que les épis seront remplis de grains. Il faut donc attendre les résultats définitifs qui paraîtront dans quelques semaines, à partir des carrés de rendement.

Au niveau du marché sous régional, les prix restent pour l’instant assez stables, mais la demande est forte de la part de certains pays côtiers, notamment Nigeria, Ghana, Togo, Bénin qui n’ont pas eu de bonnes récoltes, surtout en maïs, à cause justement des inondations du mois d’août. La demande pourrait donc entraîner une tension sur le marché et une hausse des prix. Cette production céréalière moyenne en Afrique de l’Ouest pourrait entraîner une situation tendue, accentuée par la hausse des céréales sur le marché international, la baisse de rémunération des producteurs de coton…

Il faut donc que les Etats s’investissent dès maintenant dans la mise en œuvre des outils de prévention des crises, facilitent la campagne agricole de contre saison et prennent des mesures concrètes pour assurer effectivement une libre circulation des produits agricoles dans la sous région.

Divergences d’appréciation sur la campagne

Les récoltes se terminent au Sahel. Elles sont globalement assez bonnes si l’on réfère aux organismes de statistiques agricoles :

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s