Algérie : sécheresse inquiétante (Google / Algérie-dz)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.algerie-dz.com/article12534.html

La situation hydrique de l’Algérie inquiète

La situation hydrique de l’Algérie pourrait devenir alarmante en raison de la persistance de la sécheresse qui menace la production agricole.

jeudi 14 février 2008.

Après un mois de janvier particulièrement sec, le spectre de la sécheresse commence vraiment à menacer l’Algérie. Même s’ils préfèrent nuancer leurs propos, des cadres du ministère de l’Agriculture reconnaissent à demi-mot que la situation a de quoi susciter des inquiétudes. Une source a, en effet, indiqué que « le besoin commence vraiment à se faire sentir. Mais il faut savoir que la situation n’est pas exceptionnelle. Nous avons souvent affaire à des fins d’hiver un peu sec ». Cette même source ajoute que « nous sommes dans une phase où les plantes sont dans une phase végétative. Cela veut dire que leur croissance à cette période n’est pas très grande et qu’elles n’ont pas besoin de beaucoup d’eau. En plus, il ne fait pas trop chaud, donc le sol reste humide ». Selon cette même source, si pour le moment la sécheresse n’a aucun effet notable sur l’agriculture en Algérie, les choses pourraient se précipiter rapidement si le ciel reste aussi avare en pluie. « S’il pleut, les choses sont encore rattrapables mais dans le cas contraire, des mesures anti-sécheresse devront être mises en place. »

Beaucoup plus optimiste que ses collègues de l’agriculture, le ministre des Ressources en eau se veut plutôt rassurant. De Blida où il effectuait une visite de travail, et en réponse aux interrogations des journalistes, Abdelmalek Sellal a affirmé que l’absence de pluies ne menaçait pas la distribution d’eau potable. « Je tiens pour la énième fois à rassurer nos citoyens que nous possédons des réserves appréciables et suffisantes pouvant faire face à des situations des plus alarmantes. » Le ministre a tout de même reconnu que la pluviométrie était en recul pendant le mois de janvier par rapport à la moyenne saisonnière. Se fiant aux statistiques des années précédentes, Sellal compte sur la générosité du ciel pour ces mois de février et de mars qui sont, selon lui, beaucoup plus pluvieux que le premier mois de l’année.

(continue)

Synthèse de Kahina, http://www.algerie-dz.com
D’après Le Soir d’Algérie

 

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s