Stocks mondiaux de céréales (Google / Edito Matières Premières)

Lu au site : Alerte Google – sécherese

http://www.edito-matieres-premieres.fr/0307/soft/mais/baisse-stocks-mondiaux-cereales-1.html

Les stocks mondiaux de céréales ont été divisés par deux depuis 2000 (I)

par Isabelle Mouilleseaux
Mardi 05 février 2008

L’envolée des produits agricoles continue ! Et à mon humble avis, nous sommes loin de toucher la fin de ce rally haussier.

En 2007, les céréales ont vu leurs prix exploser
En cause : les mauvaises récoltes qui touchent la plupart des pays producteurs. Dame Météo fait ses caprices et n’épargne personne ! Sécheresse, inondations… on a tout vu ! Ajoutez à cela les politiques de subventions inadaptées, notamment en Europe, et vous avez la petite goutte qui fait déborder le vase ! Le blé gagne ainsi 110% en un an, le soja 78% sur un an, le maïs 70% sur 15 mois. Le riz et l’avoine affichent des hausses de plus de 30% en moins d’un an… La demande pour les céréales et produits agricoles, bétail compris, ne cesse de croître. Non seulement parce que la population s’accroît, mais aussi parce que des millions d’individus voient leur pouvoir d’achat augmenter. En Chine, en Inde, au Brésil… les gens veulent maintenant améliorer la qualité nutritionnelle de leur alimentation et la diversifier. Les Chinois découvrent le lait, le chocolat, le maïs… et ils aiment !

Conséquence : sur les dix dernières années, huit fois sur dix la consommation a dépassé la production. Vous imaginez l’impact sur le stock mondial !

Le marché étant très tendu, inélastique (on ne peut pas s’arrêter de manger !) et sans stock ! Par conséquent, la moindre incertitude fait grimper les cours.

L’impact des biocarburants : le cas révélateur du maïs
Souvenez-vous du discours de Bush en janvier 2007. Son objectif est clair : réduire la dépendance énergétique des Etats-Unis. Et pour cela, l’Etat est prêt à investir massivement dans le secteur de l’éthanol. Une volonté politique qui a mis le feu aux cours du maïs ! Du coup, alléchés par les profits, les agriculteurs américains ont massivement accru la part de leurs terres cultivables consacrée au maïs.

Il faut ensuite ajouter à la demande « éthanol » la demande des éleveurs de bétail. En effet, jamais la demande mondiale de viande n’a été aussi forte. Conséquence : toujours plus d’élevages de poulets, de bœufs et de production d’œufs, de lait… voilà qui participe à la hausse des prix du maïs. Il faut bien nourrir tous ces animaux ! Un drame pour les populations sud-américaines dont l’aliment de base est le maïs (pensez à la fameuse tortilla !). Pendant que les investisseurs engrangent des plus-values, les populations pauvres ont faim et les émeutes se multiplient, à commencer par le Mexique !

Le jeu dangereux des vases communicants
A votre avis : que se passe-t-il quand on attribue massivement les terres arables disponibles à une culture céréalière au détriment des autres ? Parfaitement ! Les autres cultures en pâtissent. Il y aura moins de terres consacrées au blé, au soja, au riz… donc moins de production. C’est exactement ce qui s’est passé en 2007.

Le souci, c’est que la demande de blé, de riz ou de soja augmentent elles aussi ! Et pour compliquer le tout, les problèmes n’arrivent jamais seuls. La sécheresse s’est abattue sur les autres grands pays producteurs, à commencer par l’Australie et l’Inde. Même aux Etats-Unis le rendement à l’hectare est en fort recul. Sécheresse dans une région, grand froid dans l’autre, les céréales américaines ont souffert.

(continue)

Note : Cet article vous a plu ? Pour recevoir par e-mail l’édition complète de L’Edito Matières Premières, il suffit de vous inscrire.

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s