Lesotho et le PAM (Google / 20 Minutes.fr)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.20minutes.fr/article/215533/Monde-Lesotho-pour-acheter-moins-cher-le-PAM-achete-local.php

Lesotho: pour acheter moins cher, le PAM achète local

Le Lesotho a faim. Depuis longtemps, certes, mais de plus en plus. «On n’a pratiquement rien récolté l’an dernier, raconte Bofilha Maphatsoe, paysan de la région de Maseru. Certains ont vécu sur leurs réserves, la plupart grâce au gouvernement et au Programme alimentaire mondial (PAM)», qui nourrit 260.000 personnes. De fait, le plus haut pays d’Afrique, totalement enclavé au cœur de la puissante Afrique du Sud, a connu en 2007 sa pire sécheresse depuis 30 ans: la production de maïs a chuté de 50,7%, celle des autres céréales de 49,9%. A cette conséquence directe du changement climatique s’ajoutent aussi la hausse mondiale du prix du pétrole (+18% en 2007) et celle, fulgurante, du prix des céréales (+45% pour le maïs, par exemple).

«La situation nous encourage à acheter les denrées localement, explique Bihm Udas, directeur du PAM au Lesotho. Les coûts de transport sont ainsi largement diminués.» Pour un paysan local, cette réorientation stratégique du PAM permet d’avoir facilement accès à un marché, d’y écouler ses surplus et de diversifier son alimentation grâce à l’argent généré. «C’est du gagnant-gagnant», ajoute-t-il.
Formation contre nourriture

Pour que ça fonctionne, il a une solution, par ailleurs encouragée par le ministère de l’Agriculture: les techniques de conservation agricole. «Globalement, les sols s’appauvrissent: il suffit grosso modo de ne pas les labourer et d’alterner les denrées cultivées», explique doctement August Basson, pasteur sud-africain immigré au Lesotho il y a 15 ans et ardent défenseur du processus. Peu d’outils, peu de technicité requise: la formule a montré son efficacité. C’était l’an dernier, en dépit de la sécheresse: pour la première fois dans l’histoire du Lesotho, le PAM achetait 8.000 tonnes de maïs à un groupement de petits producteurs, dans le cadre d’un programme «vivres contre formation». «Ces achats locaux leur montrent l’intérêt direct de produire des surplus. L’an prochain, ils entendent bien les multiplier», rapporte fièrement August qui, grâce aux vivres du PAM et aux aides du gouvernement, a déjà enseigné ses techniques «modernes parce que traditionnelles» à 1.800 producteurs en six ans.

(continue)

Anthony Paris ¦ Des femmes portant des sacs du Programme alimentaire mondial, au Lesotho, en février 2008.

document.getElementById(« legendePhotoVisible »).innerHTML = document.getElementById(« legendePhotoInVisible »).innerHTML;

Envoyé spécial au Lesotho, Anthony Paris

 

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s