Tunisie : l’olivier c’est notre pétrole (Google / Webmanagercenter)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.webmanagercenter.com/management/article.php?id=38463

M. Abdelwaheb Mahjoub :
«L’olivier c’est notre pétrole à nous en Tunisie»


Par Ghada KAMMOUN

M. Abdelwaheb Mahjoub, directeur de la Fête de l’olivier et président de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tébourba (universitaire en psychologie sociale à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis également), nous présente dans ce qui suit d’amples détails sur la manifestation «Olivier généreux et corps poète» et sur la campagne «Kif kif» de Handicap International.

«L’olivier c’est notre civilisation», c’est ainsi que M. Mahjoub qualifie «le pétrole tunisien»…

«Dire ‘’Kif kif’’ renvoie à un questionnement : qu’est-ce qui est «Kif kif» ? Est-ce que c’est vrai que c’est «Kif kif » ? En quoi sommes-nous « Kif kif »? Et donc en quoi on est différent aussi» ? Tout ce questionnement est destiné à faire réfléchir quand il émane des personnes sur leur position vis-à-vis d’autrui, leurs regards leurs attitudes…

Cette main là (voir affiche) représente cinq doigts, et cinq doigts qui ne sont pas «Kif kif», mais ce qu’il y a derrière c’est que, une main sans un doigt elle perd sa fonction, malgré la différence il y a une complémentarité.

Donc ce dessin là, non seulement il appelle à réfléchir et à consacrer cette complémentarité mais aussi les doigts ont une fonction de partage de fonctions, et le partage est l’une des premières valeurs humaines. Nous sommes-là pour vivre un moment de partage.

Quand nous revenons dans notre inconscient collectif en Tunisie, on va chercher quelle symbolique nous permet d’atteindre ces concepts qui sont des concepts humains, humanitaires et essentiellement fondateurs de nos relations, et on va verra que c’est la nature. La nature, parmi ce qu’elle nous offre, c’est l’olivier, l’olivier en tant que porteur non seulement d’une symbolique naturelle mais d’une symbolique sacrée et je renvoie-là à tous les textes fondateurs des religions monothéistes au moins. Notre texte fondateur consacre une place, une médaille d’or parmi tous ces arbres.

Quand nous le fêtons par «Kaadit Ezzitouna»(قعدت الزيتونة), nous fêtons la symbolique, nous fêtons un rappel à ces valeurs qui des fois peuvent disparaître ou peuvent devenir désuées dans le vécu quotidien; c’est pour ça que l’olivier avec sa générosité, avec ce que nous partageons par sa présence et par ce qu’il nous donne, fait qu’il porte bien le don, la générosité et le partage et d’autres symboles.

La manifestation de «Kaadit Ezzitouna» qui dure quatre heures de temps tous les deux ans dans un espace économique qui accueille les faiseurs d’opinions : intellectuels, journalistes, hommes de médias, artistes, politiciens, ambassadeurs et diplomates, est censée rappeler à ces gens là qu’ils doivent rappeler aux autres que notre humanité a besoin de valeurs qui la soutiennent, de rappeler ces valeurs et de dire aux autres de devenir ambassadeurs de ce discours. Il faut sans cesse rappeler l’importance des valeurs pour la vie des être humains.

Je crois qu’en apprenant à respecter l’olivier on apprend à respecter la nature entière et l’humanité entière.

Nous sommes 10 millions d’habitants en Tunisie mais 60 millions d’oliviers ; nous arrivons, nous naissons et on le trouve cet olivier et nous partons et on le laisse. Nous sommes les invités de l’olivier, nous vivons dans le berceau des valeurs que nous renvoie l’olivier. Je voudrais dire que l’olivier c’est notre civilisation. Pourquoi ? Parce que l’existence de l’olivier a fait que le Tunisien dans le temps, qui était le Carthaginois ou le punique ou le Berbère, a pu inventer, et quand je dis inventer c’est dans le vrai sens du mot, c’était ingénieux de voir le pressoir romain et le meule romain, les séparateurs par décantation et les bassins de décantation… : chose que nous pouvons affirmer, c’était nos racines dans la technologie.

Qu’est-ce qui a permis ça ? C’est l’olivier. L’olivier c’est notre civilisation parce que du fait qu’on a développé cette technologie d’extraction du jus du fruit de l’olivier, on a inventé. Ensuite, la nécessité a fait qu’on développe l’emballage, visitez les musées de la Tunisie et vous allez voir les jarres qui servaient à exporter, à transporter, à conserver ce produit là. Tout cela a permis de faire déplacer le produit c’est-à-dire de l’exporter ou de le vendre et de là toute une vie commerciale a débuté avec l’olivier.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s