Corne de l’Afrique : Alerte sécheresse (Google / News Press / AFP)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.newspress.fr/communique_201623_1000.aspx

Organisme: Action contre la Faim

Alerte sécheresse dans la Corne de l’Afrique

Action contre la Faim, présente en Ethiopie depuis 1985 et en Somalie depuis 1992 s’alarme de la situation humanitaire dans ces zones. Le climat aride et la faiblesse des pluies font redouter une véritable catastrophe. Des vies sont en danger, l’accès à l’eau n’étant plus du tout assuré.

L’eau : un besoin urgent

En Ethiopie, dans la région Somali aussi appelée Ogaden, les pluies des deux dernières saisons de l’année 2007 ont été particulièrement faibles engendrant une intervention d’urgence. Non loin de là, en Somalie centrale, la zone de Dhusa Mareb dans la région de Galgaduud voit, depuis ces trois dernières années, sa pluviométrie à un niveau très bas. La saison des pluies « Deyr », qui s’étend normalement d’octobre à décembre, n’a abouti qu’à 25 mm de précipitations. A titre de comparaison, en un an à Paris, il est tombé jusqu’à 900 mm d’eau. Sachant qu’une saison des pluies faible suffit à mettre en péril les conditions de vie des populations et du cheptel, c’est une situation désastreuse qui se trame.

Des populations qui migrent pour survivre

Des milliers de personnes se sont déplacées du centre de la Somalie vers les villages éthiopiens d’Ogaden, villages qui disposaient encore de quelques réserves d’eau. La surpopulation due aux mouvements transfrontaliers de centaines de pastoraux a alors rapidement épuisé les ressources hydriques de ces refuges éphémères. Désormais, le bétail, trop faible, ne peut plus aller vers un nouveau point d’eau et des centaines de familles se retrouvent bloquées loin de chez elles et toujours sans eau.

Une intervention d’urgence

Le Water trucking ou la distribution d’eau par camion.

La toute première action à mener pour venir au secours de ces populations en détresse est la distribution d’eau par camion. Action contre la Faim intervient dans les villages les plus vulnérables. En Ethiopie, la distribution d’eau, qui a déjà débuté, a pour objectif de venir en aide à plus de 20 000 personnes et à plusieurs milliers d’animaux sur trois mois. Si les hommes sont prioritaires, les bêtes doivent aussi être approvisionnées en eau puisqu’elles constituent le capital le plus précieux des pastoraux. La réhabilitation des forages tombés en panne est également une nécessité pour offrir une solution plus pérenne.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s