Lutte contre la désertification (Google / Lemali.fr)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.lemali.fr/mali/environnement/lutte-contre-la-desertification-2008062014108.html

Lutte contre la désertification

L’approche participative de l’Union européenne – Ces dernières années, la lutte contre la désertification s’inscrit en priorité dans le plan de développement de plusieurs pays. Les grandes puissances, à l’instar de l’Union Européenne,  ont dégagé des stratégies pour faire face au problème récurrent de la désertification. La convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) traite des problèmes de dégradation des sols dans les régions arides et semi-arides du monde, en portant une attention particulière à l’Afrique, bien que de nombreuses autres régions soient elles aussi durement touchées. Les négociations relatives à la Convention ont été entamées à Rio, au Brésil, et celle-ci est entrée en vigueur en 1996. On dénombre à présent 180 parties signataires, dont l’Union européenne et tous ses Etats membres. Hormis son objectif de protection de l’environnement dans les zones arides, la Convention vise à promouvoir le développement économique et social des régions affectées par la désertification.

Lancée à l’initiative de pays en développement, principalement africains, elle entend apporter une contribution importante à la réduction de la pauvreté. C’est aux pays touchés eux-mêmes qu’incombe la responsabilité de la lutte contre la désertification, selon les termes de la Convention, qui prévoit une participation des populations locales aux programmes d’action nationaux et régionaux. Ces actions visent à intégrer des principes de gestion durable des sols dans les stratégies et les programmes de coopération au développement.

Les formes et les causes de la dégradation des sols sont diverses. Celle-ci peut être liée à des pratiques agricoles inadéquates ou à plusieurs autres activités humaines incompatibles avec un développement durable. La surexploitation des ressources en eau et l’urbanisation des régions côtières peuvent entraîner une salinisation des sols, et les efforts combinés des sécheresses, des inondations, des incendies de forêts, des labours excessifs et du surpâturage peuvent déclencher des altérations irréversibles des sols. L’utilisation non raisonnée d’engrais ou de pesticides, la contamination par les métaux lourds, et les techniques d’irrigation et de drainage inadaptées exacerbent souvent la désertification.

Du point de vue de la coopération au développement, la désertification est source de pauvreté. C’est un facteur qui alimente un cercle vicieux où la détérioration des ressources naturelles contribue à réduire les moyens d’existence, à tel point que les communautés sont contraintes d’épuiser toujours davantage des sols fragiles, une végétation rare et des ressources en eau limitées pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. Les populations touchées par la désertification sont souvent parmi les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus vulnérables. Il est rare qu’elles puissent faire entendre leur voix dans le processus de décision, d’où l’importance de l’approche participative prônée par la convention.

(continue)

Abdoul Karim Maïga

L’indicateur Renouveau du 20 juin 2008

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.