Maroc : projet de développement intégré des massifs forestiers (2005-2014) (Google / Le Matin.ma)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=94694

S.M. le Roi lance un projet de développement intégré des massifs forestiers (2005-2014) de 134 millions de DH

Sa Majesté le Roi Mohammed VI s’est enquis, jeudi à Jerada, du projet de développement intégré des massifs forestiers de Jerada (2005-2014) auquel a été alloué un montant de 134 millions de dirhams (MDH), dont 86 MDH pour la période 2009-2014.

A cette occasion, le Souverain a suivi des explications sur ce projet qui se décline en trois axes principaux se rapportant à la reconstitution des massifs forestiers de Jerada, l’appui au développement local, la promotion de l’écotourisme et la protection de la biodiversité.

Le premier axe du projet porte sur le reboisement et la régénération de 6.000 ha du massif forestier de Jerada, l’amélioration pastorale pour favoriser la production fourragère (3.000 ha) et la conservation des eaux et des sols (10.140 ha).
Concernant l’appui au développement local, le projet vise l’ouverture et l’entretien des pistes, la régulation du surpâturage par la compensation des mises en défens (15.000 ha), la distribution de 10.000 plants d’amandier et d’olivier et le développement des actions génératrices de revenus, à travers notamment, la mise en place de coopératives et la distribution de ruches et d’équipements d’apiculture et d’aviculture.

S’agissant de la promotion de l’écotourisme et la protection de la biodiversité, le projet porte sur l’aménagement et la gestion du Site d’intérêt biologique (SIBE) ‘’Chekhar », la mise en place d’un centre d’information (Infokiosque), l’aménagement de circuits thématiques et de 5 aires de repos, la construction de 3 plates-formes d’observation, la création d’un parc animalier, la conception d’outils de communication, de sensibilisation et d’éducation à l’environnement, ainsi que sur la sécurisation du domaine forestier par des travaux de délimitation.
Quinze douars (2.250 habitants) seront désenclavés et 11% de la superficie boisée des massifs forestiers seront reconstitués au terme du projet qui permettra, en outre, une forte implication des populations dans la gestion des espaces forestiers, la protection de la biodiversité et la valorisation des potentialités récréatives du SIBE.

Des explications ont également été fournies au Souverain sur le projet d’aménagement du bassin versant de l’oued El Haï en amont du barrage sur l’oued Za avec un coût de 63 millions.
S’étalant sur la période 2009-2014, le projet comporte plusieurs interventions prioritaires portant sur le reboisement et la reconstitution des écosystèmes forestiers (4.450 ha), l’amélioration sylvopastorale (2.000 ha), les traitements anti-érosifs du réseau hydrographique (9.500 m3) et les plantations fruitières sur terrains particuliers (150 ha).

Il concerne aussi la prévention des incendies et plusieurs mesures d’accompagnement, notamment l’ouverture et l’entretien des pistes, la distribution de fours à gaz et de ruches, ainsi que l’appui au développement du secteur des plantes aromatiques et médicinales.
La lutte contre l’érosion hydrique, la diminution du rythme de l’envasement du barrage sur l’oued Za, l’atténuation des effets des crues, la reconstitution des ressources forestières et alfatières et la contribution au développement humain figurent parmi les principaux objectifs de ce projet.

Par ailleurs, le projet aura des impacts socio-économiques et environnementaux, notamment l’amélioration de l’accessibilité au niveau de 14 douars et des revenus de 4.150 ménages pour une population de 24.860 habitants, ainsi que la réduction de 20% de l’envasement annuel du barrage sur l’oued Za, la conservation des sols, la régulation des écoulements et la réhabilitation des écosystèmes forestiers.

(continue)
Par MAP

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.