LE RÉGIME ALIMENTAIRE MÉDITERRANÉEN DE PLUS EN PLUS IGNORÉ DANS SA RÉGION D’ ORIGINE (Planetfuture / UNNews)

Texte communiqué par : PLANETFUTURE

> From: UNNews@un.org
> To: Nouvellesonu@secint00.un.org

LE RÉGIME ALIMENTAIRE MÉDITERRANÉEN DE PLUS EN PLUS IGNORÉ DANS SA RÉGION D’ ORIGINE
> Date: Tue, 29 Jul 2008 11:00:29 -0400

Vanté par les experts pour sa capacité à maintenir les personnes en forme, en bonne santé et favoriser la longévité, le régime méditerranéen à base de fruits et de légumes frais a des adeptes partout dans le monde mais il est de plus en plus ignoré dans le pourtour méditerranéen, affirme la l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture  http://www.fao.org/index_fr.htm.

Ce régime alimentaire a été peu à peu abandonné au cours des 45 dernières années par les populations de l’Europe méridionale et des régions de l’Afrique du Nord et du Proche Orient, selon l’économiste de la FAO, Josef Schmidhuber, dans un article présenté lors d’;un récent atelier organisé par le Consortium Californie/Méditerranée, qui regroupe sept institutions universitaires des États Unis et de l’ Union européenne, sur les produits méditerranéens et le marché mondial.

Les populations des rivages de la méditerranée ont utilisé leurs revenus plus élevés pour ajouter un grand nombre de calories issues de la viande et des graisses à un régime alimentaire qui était traditionnellement léger en protéines animales. Ce qu’ elles mangent maintenant est « trop gras, trop salé et trop sucré », souligne l’ expert.

En 40 ans, la ration quotidienne en Europe (15 nations prises en compte par l’;étude) a grimpé de 2 960 kcal jusqu’ à 3 340 kcal en 2002, soit environ plus 20 %. Mais la Grèce, l’ Italie, l’ Espagne, le Portugal, Chypre et Malte, qui étaient plus pauvres que les pays plus au nord, ont accru leur apport en calories de 30%.

« Une prise plus élevée et une dépense inférieure de calories ont fait aujourd’;hui de la Grèce le pays membre de l’Union européenne avec l’indice de masse corporelle moyen le plus élevé et la plus forte prévalence de surpoids et d’obésité », indique M. Schmidhuber. « Aujourd’hui, les trois quarts de la population grecque sont en surpoids ou obèses. »

Plus de la moitié des populations italiennes, espagnoles et portugaises sont aussi en surpoids. Dans le même temps, il y a également eu une « forte augmentation » des calories et de la charge glycémique dans les régimes alimentaires au Proche Orient et en Afrique du Nord.

Tous les pays de l’;Union européenne négligent la recommandation OMS FAO qui préconise que les lipides ne doivent pas représenter plus de 30 % de l’apport énergétique journalier total. L’Espagne, la Grèce et l’Italie sont toutes bien au-dessus de cette limite et leurs habitants sont devenus les plus gros mangeurs de l’UE. Le pays qui a enregistré l’;augmentation la plus spectaculaire est l’Espagne, où la graisse qui comptait seulement 25 % du régime alimentaire il y a 40 ans, représente aujourd’hui 40 %.

M. Schmidhuber attribue le changement des habitudes de consommation non seulement à l’augmentation des revenus, mais aussi à des facteurs tels que le développement des supermarchés, le changement des systèmes de commercialisation, le travail des femmes qui leur laisse moins de temps pour cuisiner, et des familles qui mangent plus à l’extérieur, souvent dans des « fast-food ». En même temps, les besoins en calorie ont diminué, les personnes faisant moins d’exercice et ayant un style de vie beaucoup plus sédentaire.

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.