Les noyers et la sécheresse (Google / AFP)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://afp.google.com/article/ALeqM5jBJaSLUIZVyxzZ3Tk8c6iTpcvbJg

Les noyers souffrant de la sécheresse produisent une forme d’aspirine

WASHINGTON (AFP) — Des noyers sécrètent en grande quantité une forme d’aspirine pour minimiser les effets de la sécheresse ou d’autres agressions, ont découvert des scientifiques dont l’étude est publiée jeudi. Cette découverte faite par des chercheurs du Centre national américain de recherche atmosphérique (NCAR) ouvre de nouvelles voies de recherche concernant les réactions des végétaux à l’environnement et leur impact sur la qualité de l’air. Ce phénomène peut aussi potentiellement donner aux agriculteurs une première alerte indiquant que leurs récoltes est sur le point de dépérir.

« A la différence des humains qui prennent de l’aspirine pour combattre une fièvre ou une inflammation, les plantes ont la capacité de produire leur propre forme d’aspirine, déclenchant la formation de protéines qui dopent leurs défenses biochimiques et minimisent les dégâts subis », explique Thomas Karl, un scientifique du NCAR et principal auteur de cette recherche.

« Nos mesures montrent la présence d’une quantité importante de cette substance chimique détectable dans l’atmosphère quand des noyers (en Californie) réagissent à la sécheresse, à des températures extrêmes ou d’autres facteurs de stress », précise-t-il dans un communiqué.

Depuis longtemps, les scientifiques savaient que les végétaux peuvent produire en laboratoire du salicylate de méthyle qui est une forme chimique de l’acide acétylsalicylique ou aspirine.

Mais ils n’avaient jamais détecté jusqu’alors du salicylate de méthyle dans l’écosystème ni vérifié que les végétaux émettent cette substance chimique en grande quantité dans l’atmosphère.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.