Un monde en voie de «diminution» (Google / Canoë.ca)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www2.canoe.com/infos/environnement/archives/2008/10/20081012-081603.html

Un monde en voie de «diminution»

Vivian Song
12/10/2008

Qu’entendons-nous par «diminution» ? Non, il ne s’agit pas de ce qui se produit sous le maillot de bain des hommes, en eau froide, comme nous l’ont rappelé certains épisodes classiques de l’émission Seinfeld. Mais un rapide inventaire des effets des changements climatiques sur l’environnement nous permet de voir émerger un thème récurrent : la «diminution». Diminution de nos lacs, de nos forêts, de la calotte glaciaire de l’Arctique, des espèces animales et même du produit intérieur brut mondial.

Kaustuv Roy, auteur d’un article publié dans le magazine Science, traite lui aussi de la diminution des espèces animales, conséquence du réchauffement climatique. Ce terme s’inspire de la règle de Bergmann, voulant que la masse corporelle des espèces animales soit fonction de la latitude. Plus le climat est froid, plus elle s’accroît, alors qu’elle tend à se réduire dans les climats tropicaux. De telle sorte que plus un animal est corpulent, plus son ratio masse-volume est petit, ce qui lui permet de mieux conserver sa chaleur par temps froid. Inversement, un animal de plus petite taille aura un ratio masse-volume plus grand, ce qui lui permettra de mieux dissiper la chaleur. Ainsi, le réchauffement de la planète devrait entraîner une diminution de la taille des espèces animales. «En nous basant sur divers travaux, on peut aujourd’hui affirmer qu’il y a un rapport de causalité entre l’environnement, le climat, et la taille des espèces», dit M. Roy, un biologiste de l’Université de la Californie.

LA TAILLE DES MOUTONS

(continue)

L’EXEMPLE DES OISEAUX

(continue)

LA TAILLE DES MORUES

(continue)

LES FEUX DE FORÊT

Les changements climatiques pourraient entraîner aussi une augmentation des feux de forêt sur toute la planète. Cette année, la calotte glaciaire des eaux de l’Arctique a atteint son second plus bas niveau depuis les premières mesures prises par satellite en 1979. Le record du plus bas niveau a été enregistré l’année dernière.

Les glaciers, dont la taille a toujours augmenté et rétréci dans le temps, fondent à un rythme inquiétant. Selon les données des Nations Unies, sur les 30 glaciers de référence, le taux moyen de fonte et d’amincissement des glaces a doublé entre 2004 et 2006. Alors, n’en déplaise à certains, la taille compte !

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.