Cameroun: des femmes rurales affectées par la sécheresse appellent aux aides (Google / Xinhuanet)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-10/16/content_741147.htm

Cameroun: des femmes rurales affectées par la sécheresse appellent aux aides

YAOUNDE, 15 octobre (Xinhua) — Des femmes rurales  camerounaises ont appelé ce mercredi au cours d’une rencontre à la Chambre d’Agriculture de Yaoundé les autorités à trouver des  réponses rapides aux difficultés d’enclavement, de désertification et de déforestation qui compliquent leur existence. Venues des 10 provinces du Cameroun, des femmes rurales ont  avoué qu’elle n’arrivent plus à manger les fruits de leur durs  labeurs à cause des terres de plus en plus arides ainsi que du  changement climatique.

« Nous avons eu trop de difficultés cette année pour pouvoir  semer à cause de la sécheresse de façon que nos maniocs, plantains et maïs poussent à peine. Si le gouvernement peut nous aider à  trouver des solutions pour semer même pendant les périodes où il  n’y a pas de pluie, ce serait une très bonne chose », a dit Mme  Ngono Marthe, du Groupe d’intérêts communs (GIC) « la Main dans la  main » de la province du Centre.

« Cette année, nous risquons ne pas avoir de bonne recoltes. Si  au moins nous avions des motopompes cela pourra nous aider », a-t- elle souligné.

« Nous sommes venues ici à Yaoundé pour présenter nos  difficultés, afin que le gouvernement y trouve des solutions à  cela », a dit Mme Bakaba Marie Noëlle, femme rurale de la fondation Ndjeng et Karitas.

Mme Félicitas Atanga, assistante du représentant de  l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et  l’agriculture (FAO) au Cameroun a promis que son organisation sera toujours aux côtés de la femme rurale.

« Nous savons que dans la plupart des pays en voie de  développement, l’essentiel de la production agricole repose sur la femme rurale, c’est la raison pour laquelle nous avons apporté  notre soutien aux organisations paysannes du Cameroun. A travers  ces organisations, les femmes peuvent adresser leurs doléances aux décideurs », a-t-elle dit.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.