La CNULD explore l’accès au financement relié au carbone

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.mediaterre.org/international/actu,20081114113542.html

La Convention sur la Désertification explore l’accès au financement relié au carbone

par Unisféra-pour OIF-IEPF

Lors d’un évenement parallèle aux réunions officielles du Comité de Révision de la Mise en Oeuvre (CRIC) de la Convention sur la désertification, les participants ont pu explorer les moyens d’accéder au financement relié au carbone pour financer des activités de gestion durable des terres.

La réunion, convoquée conjointement par le Mécanisme Mondial et la Coopération allemande (GTZ),  a rassemblé un groupe d’intervenants provenant du milieu des changements climatiques, y compris un des membres du conseil d’administration du nouveau Fonds d’Adaptation, le Secrétariat de la CLD et des experts techniques.  Le but de la réunion était d’abord d’informer les participants des avenues possibles permettant de générer du financement pour la lutte contre la désertification,tout en dégageant des avenues pour promouvoir une meilleure intégration des thèmes de la CLD au sein des négociations sur le climat. 

Une première présentation, par le groupe EcoSecurities, a fourni une présentation générale du marché du carbone et de sa pertinence pour la lutte contre la désertification, notamment à travers le marché des émissions volontaires, en matière de foresterie et d’afforestation, d’énergie rurale et de gestion des risques.  Le présentateur a également fourni un aperçu des fonds disponibles pour l’adaptation, notant les importantes synergies entre l’adaptation et l’atténuation, surtout dans les pays affectés par la dégradation des terres.

Une deuxième présentation a permis de dégager des avenues prometteuses à travers l’utilisation des systèmes silvo-pastoraux comme moyen de générer à la fois des réductions d’émissions de gaz à effet de serre (à travers la reforestation et la gestion du bétail) – et donc des financements reliés au carbone – et des bénéfices en matière de développement durable et d’adaptation.   Le Mécanisme Mondial a également lancé son Guide sur l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, qui doit être rendu disponible en français d’ici peu (voir lien plus bas).

Les panelistes ont par la suite discuté des derniers progrès au sein des négociations sur le climat, notamment sur le développement des procédures et des critères d’approbation pour les projets admissibles au nouveau Fonds d’Adaptation.  Les présentateurs ont souligné le besoin de s’assurer de la simplicité du processus, encourageant les pays à entreprendre une coordination nationale pour promouvoir l’intégration de la gestion durable des terres au sein des négociations.  Il a été noté que le Fonds d’Adaptation permettait l’accès direct des pays au financement, faisant contraste avec les fonds actuels administrés par le FEM, pour lesquels l’accès se fait seulement à travers des agences d’exécution.

La discussion a également porté sur le besoin de garder à l’esprit la motivation première des projets- c’est à dire le développement durable – tout en permettant l’atténuation des changements climatiques.  Les participants ont noté qu’il y avait un risque d’oublier les conditions minimales de la durabilité lorsque les projets se concentrent trop sur le financement carbone.  Enfin, les participants ont également noté que la Convention sur la Désertification répond à la fois aux préoccupations en matière d’adaptation et d’atténuation, et qu’elle reste donc un outil stratégique dans les débats actuels sur le climat.

A titre d’exemple, les participants ont noté que les discussions sur le future régime sur le climat (post-2012) fournissaient une occasion d’inclure des projets sur les puits de carbone dans l’agriculture, la gestion du bétail et des paturages – activités qui comptent parmi les options de lutte contre la désertification – parmi les projets admissibles au Mécanisme de Développement Propre.

Afin de poursuivre le débat au niveau international, le Secrétariat de la CLD entent donc développer une stratégie afin de s’assurer que les thèmes et les objectifs de la CCD sont inclus au titre des critères d’admissibilité des nouveaux financements sur le carbone.  Les parties sont également encouragées à promouvoir ces synergies lors des négociations sur le climat.

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.