Ouganda : Le gouvernement garde le silence sur la famine (Google / Global Voices)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://fr.globalvoicesonline.org/2009/07/24/15636/

Ouganda : Le gouvernement garde le silence sur la famine

Alors que la sécheresse se répand à travers l’Afrique de l’est, plus de trois millions d’Ougandais risquent d’être affectés par une famine. Selon un rapport récent d’Oxfam, cette famine est une conséquence du changement climatique qui a affecté la région. Les inondations massives en 2007 ont ruiné des récoltes et ont érodé des champs dans l’ensemble de l’Ouganda nord et oriental. La sécheresse actuelle qui frappe aussi le Kenya, pays voisin, a aggravé la crise alimentaire et conduit à la crise actuelle. La faim a causé la mort de plus de 40 personnes dans le nord et dans les zones orientales du pays. Les blogueurs craignent que le nombre des victimes ne se multiplie avant que le gouvernement en prenne conscience.

Le blogueur Antipop critique sur son blog [en anglais] le gouvernement fédéral qui tente de minimiser les effets de la famine en l’ appelant « pénurie alimentaire » :

La famine en Ouganda oriental, au Teso (à la frontière du Kenya) pour être exact, a coûté la vie de 35 personnes, a été pour nous un énorme surprise. Certains d’entre nous en ont même entendu parler pour la première fois pendant les pauses momentanées que nous avons pris en remplissant nos estomacs déjà renflés. C’est regrettable et nous devrions avoir honte.

Mais pas autant qu’Andrew Bageire, Ministre d’État de l’agriculture, et Tarsis Kabwegere, Ministre des Secours et la préparation aux catastrophes qui a essayé de diluer ce fiasco ; Bageire ,en disant que les personnes de Teso payaient ce prix élevé à cause de leur paresse, parce qu’ils perdent  leur temps  en buvant de l’ajon  (bière locale) au lieu de cultiver et de stocker de la nourriture. Le ministre Kabwegere en insistant sur le fait qu’une « pénurie alimentaire » n’est pas une famine.

La blogueuse Eizzy note sur son blog [en anglais] que le pire est dans le nord et l’est du pays, alors que les populations de l’ouest sont relativement protégées de la faim. Elle se demande si le gouvernement a  tardé à réagir face à cette crise parce que le président est originaire de  l’ouest du pays:

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.