LA CRISE ÉCONOMIQUE A ENTRAÎNÉ UNE HAUSSE DU NOMBRE D’AFFAMÉS (UNNews / FAO)

Lu au site : UNNews

LA CRISE ÉCONOMIQUE A ENTRAÎNÉ UNE HAUSSE DU NOMBRE D’AFFAMÉS

New York, Oct 14 2009 10:50AM

La forte recrudescence de la faim déclenchée par la récession économique mondiale accable les populations les plus pauvres des pays en développement, dévoilant la fragilité du système alimentaire mondial qui nécessite une réforme urgente, selon l’;Organisation des Nations Unies pour l’;alimentation et l’;agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO) et le Programme alimentaire mondial <« http://www.wfp.org/english/ »>(PAM).

La conjugaison des crises alimentaires et économiques a fait grimper le nombre de personnes affamées à des niveaux sans précédent : plus d’;un milliard d’;êtres humains sont sous-alimentés, d’;après les estimations de la FAO.

La quasi-totalité de ces individus vit dans les pays en développement. En Asie et dans le Pacifique, leur nombre est estimé à 642 millions; en Afrique subsaharienne, à 265 millions; en Amérique latine et aux Caraïbes, à 53 millions; au Proche-Orient et en Afrique du Nord, à 42 millions; et dans les pays développés, à 15 millions, selon le rapport annuel de la FAO sur la faim, L’;Etat de l’;insécurité alimentaire dans le monde, préparé cette année en collaboration avec le PAM.

Ce rapport paraît à l’;occasion de la Journée mondiale de l’;alimentation qui sera célébrée le 16 octobre 2009 au siège de la FAO, à Rome, ainsi que dans le monde entier.

Avant l’;apparition des crises récentes, le nombre de personnes sous-alimentées accusait déjà une montée lente mais régulière au cours de la dernière décennie, indique le rapport.
Des progrès appréciables avaient été accomplis dans les années 1980 et au début des années 1990 en matière de réduction de la faim chronique, essentiellement grâce à l’;accroissement des investissements dans l’;agriculture qui avait succédé à la crise alimentaire mondiale du début des années 1970.

Mais entre 1995-97 et 2004-06, à mesure que l’;aide publique au développement consacrée à l’;agriculture perdait du terrain, le nombre d’;affamés s’;est amplifié dans toutes les régions, à l’;exception de l’;Amérique latine et des Caraïbes.
Mais les progrès réalisés dans cette dernière partie du monde ont été par la suite annulés sous l’;effet des crises alimentaires et économiques.

La hausse du nombre de victimes de la faim, à la fois durant les périodes de prix faibles et de prospérité économique et durant les périodes d’;envolée des prix et de récession économique, montre la faiblesse du système mondial de gouvernance de la sécurité alimentaire, souligne la FAO.

« Les dirigeants mondiaux ont réagi avec détermination à la crise économique et financière. Ils sont parvenus à débloquer des milliards de dollars en une courte période de temps. Il faut lancer immédiatement des mesures énergiques du même ordre pour combattre la faim et la pauvreté », insiste le directeur général de la FAO, Jacques Diouf.

« Nous disposons des moyens économiques et techniques pour mettre un terme à la faim, ce qui fait défaut c’;est une volonté politique plus forte pour se débarrasser de la faim à jamais. Il est fondamental d’;investir dans l’;agriculture des pays en développement », ajoute M. Diouf.

« Nous nous réjouissons de ce nouvel engagement en faveur de la sécurité alimentaire, mais nous devons agir vite. Il est inacceptable qu’;en ce XXIe siècle près d’;un individu sur six de la population mondiale soit victime de la faim », déclare de son côté la directrice exécutive du PAM, Josette Sheeran. « A l’;heure où le monde compte plus d’;affamés que jamais auparavant, l’;aide alimentaire a chuté a des niveaux historiquement bas ».

L’;association de divers facteurs a rendu la crise actuelle particulièrement dévastatrice pour les ménages pauvres des pays en développement.

En premier lieu, la crise touche simultanément de vastes régions du monde, réduisant l’;envergure des mécanismes habituels d’;adaptation, comme la dévaluation, les emprunts, le recours accru à l’;aide publique au développement, ou les envois de fonds par les migrants.

Deuxièmement, la crise économique exacerbe la crise alimentaire qui a déjà pesé lourdement sur les stratégies d’;adaptation des populations pauvres, frappant les plus vulnérables en les empêchant de se relever.

Confrontées à la flambée des prix alimentaires, à la baisse des revenus et des emplois et ayant déjà vendu leurs actifs, réduit leur consommation d’;aliments et leurs dépenses de biens essentiels, tels que soins de santé et éducation, ces familles risquent de s’;enliser davantage dans la misère et le cercle vicieux de la faim et de la pauvreté.

Le troisième facteur qui différencie cette crise de celles des années passées est la meilleure intégration, à la fois financière et commerciale, des pays en développement, par rapport à il y a 20 ans, dans l’;économie mondiale, ce qui les rend plus vulnérables aux changements intervenant sur les marchés internationaux.

De nombreux pays ont accusé une chute de leurs échanges commerciaux et de leurs flux financiers dans tous les domaines, et assisté au recul de leurs recettes d’;exportation, de leurs investissements étrangers, de l’;aide au développement et des envois de fonds. Autant de facteurs qui non seulement restreignent les possibilités d’;emploi, mais également les fonds disponibles pour les gouvernements en faveur de programmes de promotion de la croissance et d’;aide aux personnes vulnérables.

Les 17 économies principales d’;Amérique latine, par exemple, ont reçu 184 milliards de dollars de flux financiers en 2007. Ces capitaux ont été quasiment divisés par deux en 2008 (89 milliards) et devraient être à nouveau réduits de moitié et chuter à 43 milliards en 2009, déplore le rapport. Cela signifie que la consommation doit être réduite, et pour certains pays à faible revenu et à déficit vivrier, l’;ajustement de la consommation pourrait se traduire par une réduction drastique des importations vivrières et autres biens d’;importation, tels que matériel sanitaire et produits pharmaceutiques.

Le rapport comporte des études de cas compilées par le PAM dans cinq pays – Arménie, Bangladesh, Ghana, Nicaragua et Zambie – illustrant la situation critique des ménages face à la baisse des envois de fonds de l’;étranger et autres impacts de la récession, et les mesures adoptées par les gouvernements en réponse à la crise – investissements dans l’;agriculture et les infrastructures et mise en place de filets de sécurité.

Ces interventions permettront de sauver des vies humaines et des familles, indique le rapport, mais compte tenu de la gravité de la crise, il reste encore beaucoup à accomplir.
La FAO et le PAM continuent à préconiser une approche de solution durable sur deux fronts pour affronter à la fois la crise aiguë de la faim à court terme, attisée par les pénuries alimentaires et la faim chronique à plus long terme, symptôme de pauvreté extrême.

« Les petits agriculteurs ont besoin d’;un accès aux semences de qualité, aux engrais, au fourrage et aux technologies pour leur permettre de doper la productivité et la production », souligne M. Diouf. « Et leurs gouvernements nécessitent des outils économiques et politiques pour accroître la productivité et la résilience de leur secteur agricole face aux crises. »
Oct 14 2009 10:50AM
________________

Veuillez consulter le site du Centre de nouvelles ONU pour plus d’information http://www.un.org/french/newscentre/

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.