Venezuela: LA PRODUCTION AGRICOLE PROGRESSE MALGRE LA SECHERESSE (Google / Infos indépendantes d’Anne Nonyme)

Lu au site : Alertes Google – sécheresse

http://infosanonyme.blog.ca/2010/01/14/venezuela-la-production-agricole-progresse-malgre-la-secheresse-7752401/

Venezuela: LA PRODUCTION AGRICOLE PROGRESSE MALGRE LA SECHERESSE

La production végétale alimentaire a quasiment progressé de 25 %. Depuis 1998, le financement de la politique agricole est passé de 270 Millions de bolivars à plus de 20 Milliards, actuellement.

Durant l’année 2009, la politique agricole du gouvernement a incité au développement de la production de viande bovine, de poulet, de lait et de tournesol.

Dimanche dernier, durant le programme « Allo Président », Hugo Chavez a indiqué que la production de lait, en 2009, a augmenté de 2,3 millions de tonnes (+11%). L’enjeu est « que dans l’avenir nous exportions du lait et ses dérivés, mais cela nécessite un effort continu pour mettre en œuvre tout notre potentiel en ce domaine » a commenté le Président.

La production de viande bovine a également progressé de près de 2% en 2009. Le président à souligné l’importance de cette augmentation car « nous avons bloqué la baisse du cheptel et de la production de viande et nous sommes en train de remonter ».

Le Président a également souligné les potentialités de développement de la production de viande de poulet qui a augmenté de 10%, ce qui représente plus d’un million de tonnes.

A propos de la production de tournesol, H. Chavez a confirmé l’information donnée par le ministre de l’agriculture, Elias Jaua : En 1998 , 5000 hectares étaient cultivés, alors qu’aujourd’hui nous atteignons les 33000 hectares avec une production de 34549 tonnes. Cela a pour conséquence une réduction de 70% des importations de cette graminée, générant ainsi une économie de 30 millions de dollars.

Le Président, pour donner la véritable mesure des enjeux économiques actuels, a insisté sur l’idée que « nous devons, en ce domaine, devenir un pays exportateur. Si avec cette avancée, nous diminuons nos importations de tournesol de 70%, cela veut dire qu’avec de nouveaux progrès, nous allons pouvoir répondre à nos besoins en huile végétale, produire des aliments pour les animaux et exporter ». Ainsi, a-t-il ajouté : « Durant les onze premières de notre Révolution, la production de végétaux alimentaires à progressé de presque 25%. Nous sommes passés d’une production de 16 millions de tonnes à plus de 20 millions et nous devons encore progresser. Pour cela nous comptons sur tous les cultivateurs et tous les producteurs du pays ».

Au delà du fait que les financements de l’agriculture sont passés de 270 millions de bolivars en 1998, à plus de 20 Milliards aujourd’hui. Nous avons remis en culture 380000 hectares de terres issus des grandes propriétés, remis aux producteurs 17800 outils et machines agricoles et donné aux paysans des moyens légaux d’exploiter ces terres.

L’IMPACT SOCIAL

Le Chef de l’Etat à rappelé que ces mesures gouvernementales avaient eu pour effet d’enrayer dans le pays le développement de la pauvreté. Celle-ci touchait 50% de la population. Elle a encore baissé en 2009. Mais elle touche encore 20% de nos concitoyens.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.