MALGRÉ L’AIDE ET L’IMPORTATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES, L’AFRIQUE A FAIM (UNNews)

Lu au site : UNNews

MALGRÉ L’AIDE ET L’IMPORTATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES, L’AFRIQUE A FAIM

New York, Mar 11 2010 11:50AM

Malgré les 3 milliards de dollars d’;aide alimentaire annuelle et les 33 milliards de dollars de produits alimentaires importés chaque année, l’;Afrique compte 265 millions de personne sous-alimentées, soit un Africain sur trois souffrant de sous-alimentation chronique, a déploré jeudi de la Commission économique des Nations Unies pour l’;Afrique (CEA).

« L’;agriculture africaine est assoiffée puisque moins de 4% de la totalité des terres arables sont irriguées comparativement à 33% en Asie-Pacifique et 29% au Moyen Orient », a souligné le Directeur de la sécurité alimentaire et du développement durable de la CEA, Josue Dione, à l’;occasion de la clôture d’;une conférence à Abuja au Nigéria sur le commerce et l’;industrie agroalimentaire en Afrique.

« L’;agriculture africaine a faim puisqu’;elle ne reçoit que 14,6 kilos de fertilisants par hectare contre 114,3 dans les pays développés », a-t-il ajouté.

Les 33 milliards de dollars dépensés pour importer des produits alimentaires devraient être utilisés pour développer l’;agriculture intérieure, ce qui contribuera à réduire la pauvreté et repositionnera l’;Afrique dans l’;économie globale, avance la CEA.

« La part de l’;agriculture africaine dans l’;économie mondiale a chuté de 15% en 1960 à 5,4% dans les années 1980 et à 3,2% en 2006 », a souligné M. Dione.

Alors que l’;Afrique souffre de concurrence désavantageuse dans la chaîne de production agroalimentaire, de meilleures politiques pourraient aider à résoudre le problème en incitant notamment les investissements privés et en développant une agriculture durable.

L’;Afrique doit allouer davantage de ressources à son agriculture intérieure. Cela permettrait d’;assurer la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et d’;améliorer les indicateurs économiques du continent, plaide la CEA. Ces réformes doivent être menées à tous les niveaux, de la production des fermes à la distribution aux consommateurs, a conclu M. Dione.

Selon l’;Organisation des Nations Unies pour l’;alimentation et l’;agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO), 1,02 milliard de personnes sont sous-alimentées dans le monde, dont 265 millions en Afrique subsaharienne.
Mar 11 2010 11:50AM
________________

Veuillez consulter le site du Centre de nouvelles ONU pour plus d’information http://www.un.org/french/newscentre/

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.