Crédit photo: WVC 1994-07 - 01 - Reboisement à Arbolle (Prov. du Passoré, Burkina Faso)

Populations locales et reboisement au Burkina Faso

Crédit photo: WVC 1994-07 – 01

Reboisement à Arbolle (Prov. du Passoré, Burkina Faso)

Burkina Faso: Programme d’investissement forestier de l’Est – Le top de départ donné à Fada N’Gourma

Le lancement du Programme d’investissement forestier (PIF) de la région de l’Est a eu lieu à Fada N’Gourma, le vendredi 23 janvier 2015.

Le Programme d’investissement forestier (PIF) a officiellement été lancé au plan national, le 10 octobre 2014 à Koudougou. Trois mois après, soit le 23 janvier 2015, les responsables du programme ont procédé à son lancement technique dans la région de l’Est lors d’un atelier tenu à Fada N’Gourma.

Crédit Photo: WVC 1988-12 - Jeunes arbres plantés en juillet 1988.  Ainsi débutait le projet de reboisement à Arbolle.  Le résultat en 1994 se voit dans la photo en haut.
Crédit Photo: WVC 1988-12 – Jeunes arbres plantés en juillet 1988. Ainsi débutait le projet de reboisement à Arbolle. Le résultat en 1994 se voit dans la photo en haut.

Le PIF est un des programmes du Fonds stratégique sur le climat, mis en place dans le cadre des Fonds d’investissement climatiques (CIF) par les partenaires au développement. Le Burkina Faso fait partie des pays-pilotes bénéficiaires.

Il a pour objectif de « mobiliser les mesures ainsi que les financements accrus en vue de faciliter la réduction des gaz à effet de serre issus de la déforestation et de la dégradation des forêts, l’accroissement des stocks de carbone et la lutte contre la pauvreté ».

D’un coût global de 44 millions de dollars US, soit 22 milliards de F CFA, le PIF va durer cinq ans. Il est porté par la Banque mondiale à travers le Projet de gestion décentralisée des forêts et des espaces boisés (PGDFEB) pour un montant de 18 millions de dollars et la Banque africaine de développement (BAD) à travers le Projet de gestion participative des forêts classées pour la REDD+ (PGFC/REDD+) pour un montant de 12 millions de dollars.

La contribution de l’Union européenne se chiffre à 9 millions de dollars, le Fonds de partenariat pour le carbone forestier et l’Etat burkinabè contribuent respectivement à hauteur de 3,8 et 1,2 millions de dollars. A terme, le PIF prévoit l’aménagement de 284 000 ha dans 12 forêts classées de 32 communes de 5 régions administratives du Burkina Faso.

Lire l’article complet: allAfrica

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.