http://farmlandgrab.org/uploads/images/photos/1463/original_110812p2.jpg?1313144367

La capacité des petits agriculteurs à accéder aux crédits

Crédit photo: Google

L’intérêt des pays « bailleurs », aux moyens limités, est d’attirer des capitaux étrangers sous la forme d’investissements productifs dans l’agriculture.

Afrique: Une issue favorable pour contrer la faim d’ici à l’horizon 2025

Dans le but d’inciter les pays africains à s’impliquer massivement dans le secteur agricole, en mettant en œuvre des politiques efficaces, pouvant renforcer la lutte contre la faim, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a rendu public le week-end dernier un rapport.

Dans ce rapport, la FAO souligne que l’agriculture pourrait être une solution capable de régler la question de la faim en 2025. Mais cet axe peut devenir un élément-clé pour résoudre le problème de la faim dans le continent si les États donnent aux petits producteurs agricoles la capacité d’accéder aux crédits et développent des stratégies en leur faveur. « Les pays africains ont fait des efforts significatifs vers la victoire sur la faim. En 2025, le continent africain pourrait redoubler ces efforts et régler de manière définitive la question de la faim qui affecte les populations dans certaines régions. Mais l’aboutissement heureux de cette prévision est néanmoins dépendant d’un certain nombre de conditions parmi lesquelles la capacité des petits agriculteurs à accéder aux crédits et la mise en place des politiques dynamiques en faveur de développement du secteur agricole capable de créer des emplois », précise le rapport.

Lire l’article entier: allAfrica

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.