Crédit photo: WVC P2250403 - Niou Jardin des Femmes

L’horticulture et la sécurité alimentaire et nutritionelle

Crédit photo: WVC P2250403

Jardin Communautaire des Femmes à Niou

(Prov. du Kourweogo, Burkina Faso)

Congo-Brazzaville: Sécurité alimentaire – La FAO décidée à favoriser les cultures horticoles

Les cultures horticoles (fruits, légumes, racines et tubercules) constituent une partie essentielle du régime alimentaire des populations dans les pays d’Afrique centrale. Elles contribuent ainsi à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

La FAO (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) entrevoie une organisation à mettre en place autour de ces cultures dans les six pays d’Afrique centrale, dont la République du Congo.

Le secteur agricole représente à la fois des opportunités et des défis. Il contribue dans ces six pays (Cameroun, Gabon, Guinée Equatoriale, Sao Tomé et Principe, Tchad et Congo) à 17,5% du produit intérieur brut (PIB). Il est aussi une source de revenus et d’emplois pour la majorité de la population. L’agriculture de subsistance est la pratique et la plus courante. Cependant, résidant de nombreux obstacles pour réduire la dépendance des importations alimentaires.

La pratique de l’horticulture est très répandue en dépit, de la faible quantité de fruits et légumes consommée par les populations, qui est estimée à moins de 400 grammes par personne et par jour.

La FAO a identifié quelques facteurs inhérents qui freinent l’augmentation de la consommation de fruits et légumes. Il est cité : l’absence de politiques et stratégie de développement du secteur ; la difficulté d’accès et l’insuffisance de la disponibilité. En termes d’accès, il est relevé celui relatif aux intrants et aux semences de qualité et de variétés améliorées.

Lire l’article entier: allAfrica

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.