Faim et malnutrition au Mali

Crédit photo: Google

Agriculture familiale au Nord du Mali

10 choses à savoir sur la faim au Mali

PAM (Rome)

EXTRAIT

Bien que le Mali se remette progressivement de la crise, 1.9 million de maliens ont toujours du mal à se nourrir et à subvenir aux besoins de leurs familles. En 2015, le PAM prévoit donc de soutenir 1.2 million de personnes au Mali

Le PAM aide à améliorer la sécurité alimentaire au Mali en soutenant les agriculteurs locaux. En 2014, le PAM a acheté l’équivalent de 5.6 millions de dollars de nourriture à des petits exploitants maliens.

Agriculture familaile au Mali - http://4.bp.blogspot.com/_9oEg40C6DmI/TNA8UDU07DI/AAAAAAAALZc/m2hW-z_-tL4/s1600/29648.jpg
Agriculture familaile au Mali – http://4.bp.blogspot.com/_9oEg40C6DmI/TNA8UDU07DI/AAAAAAAALZc/m2hW-z_-tL4/s1600/29648.jpg

Un tiers des enfants maliens de moins de 2 ans souffre de malnutrition chronique. En 2015, le PAM aidera à lutter contre la malnutrition infantile et à améliorer l’accès des enfants à l’éducation, en distribuant des repas scolaires à 226.000 enfants maliens.

Au Mali, 4 enfants sur 5 et plus d’1 femme sur 2 est anémique. En fournissant des aliments adaptés aux femmes enceintes, aux jeunes mères et aux enfants, le PAM travaille à réduire la malnutrition et à interrompre le cycle intergénérationnel de la faim.

Lire l’article entier: allAfrica

La capacité des petits agriculteurs à accéder aux crédits

Crédit photo: Google

L’intérêt des pays « bailleurs », aux moyens limités, est d’attirer des capitaux étrangers sous la forme d’investissements productifs dans l’agriculture.

Afrique: Une issue favorable pour contrer la faim d’ici à l’horizon 2025

Dans le but d’inciter les pays africains à s’impliquer massivement dans le secteur agricole, en mettant en œuvre des politiques efficaces, pouvant renforcer la lutte contre la faim, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a rendu public le week-end dernier un rapport.

Dans ce rapport, la FAO souligne que l’agriculture pourrait être une solution capable de régler la question de la faim en 2025. Mais cet axe peut devenir un élément-clé pour résoudre le problème de la faim dans le continent si les États donnent aux petits producteurs agricoles la capacité d’accéder aux crédits et développent des stratégies en leur faveur. « Les pays africains ont fait des efforts significatifs vers la victoire sur la faim. En 2025, le continent africain pourrait redoubler ces efforts et régler de manière définitive la question de la faim qui affecte les populations dans certaines régions. Mais l’aboutissement heureux de cette prévision est néanmoins dépendant d’un certain nombre de conditions parmi lesquelles la capacité des petits agriculteurs à accéder aux crédits et la mise en place des politiques dynamiques en faveur de développement du secteur agricole capable de créer des emplois », précise le rapport.

Lire l’article entier: allAfrica

Risque d’une nouvelle crise alimentaire en Afrique de l’Ouest

Crédit photo: Centre d’actualités de l’ONU

Le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA). Photo ONU/Rick Bajornas

Entretien avec Kanayo F. Nwanze, Président du Fonds international de développement agricole

Kanayo F. Nwanze est à la tête du Fonds international de développement agricole (FIDA), une agence spécialisée des Nations Unies, depuis plus de cinq ans. Ressortissant du Nigéria, il a plus de 35 années d’expérience, pendant lesquelles il a travaillé sur la réduction de la pauvreté à travers l’agriculture, le développement rural et la recherche.

Depuis sa création en 1977, le FIDA s’est concentré exclusivement sur la réduction de la pauvreté rurale, travaillant avec les populations rurales pauvres des pays en développement pour éliminer la pauvreté, la faim et la malnutrition, pour accroître leur productivité et leurs revenus et pour améliorer la qualité de vie. L’agence basée à Rome utilise un mélange de prêts à faible intérêt et de subventions pour soutenir des programmes et des projets de développement agricole et rural. Elle a octroyé ou prêté près de 13 milliards de dollars à ce jour.

Sous la direction de M. Nwanze, le FIDA a intensifié ses efforts pour faire en sorte que l’agriculture soit un élément central de l’ordre du jour international en matière de développement, et que les gouvernements reconnaissent les préoccupations des petits agriculteurs et autres ruraux pauvres. M. Nwanze a rencontré le Centre d’actualités de l’ONU avant la Journée mondiale de l’alimentation cette année, célébrée chaque année le 16 octobre, pour discuter de la nécessité d’investir dans les populations rurales, de la migration des zones rurales vers les zones urbaines, et de l’impact de l’épidémie d’Ebola sur la situation alimentaire en Afrique de l’Ouest.

Centre d’actualités de l’ONU : Le thème de la Journée mondiale de l’alimentation est l’agriculture familiale et il souligne la contribution des exploitants agricoles familiaux en matière de sécurité alimentaire. Quel est votre message au monde pour cette journée ?
Kanayo F. Nwanze : Mon message au monde est en fait très simple, et je vais le mettre dans le contexte de la sécurité alimentaire et du développement durable. Aujourd’hui, 80% de la nourriture qui est consommée dans le monde en développement, où nous rencontrons le plus grand défi en termes de faim et de pauvreté, est produite par les petites exploitations, les exploitations agricoles familiales. En cette Journée mondiale de l’alimentation, nous devrions décider de prendre des mesures au-delà des mots, des conférences, des séminaires et des déclarations et investir réellement dans les gens, les populations rurales qui nous nourrissent.
Je dis investir dans les gens, pas seulement investir dans l’agriculture, car ce sont les gens qui produisent les aliments. Parce que si nous ne le faisons pas, en 2025 ou 2030, nous aurons plus de difficulté à tenter de nourrir le monde. Sans la transformation complète de l’espace rural, grâce à des investissements massifs dans les infrastructures et les services nécessaires à ces populations rurales qui produisent la nourriture, nous ne pouvons pas parvenir à un développement durable d’ici à 2025.

Situation d’urgence au Guatemala

Crédit Photo: Pixabay

Paysage au Guatemala

Sécheresse : le Guatemala demande de l’aide

 

Le président du Guatemala, Otto Pérez, a réclamé le soutien de la communauté internationale face à la situation d’urgence créée par la sécheresse prolongée dans une grande partie du pays, qui menacerait de dénutrition plus de 500.000 enfants de moins de cinq ans. Faire face à la sécheresse « est un effort qui requiert le concours des peuples et gouvernements amis », a-t-il déclaré à la presse, sans toutefois préciser le type d’aide demandée.

Le dirigeant a présidé hier une réunion entre de hauts fonctionnaires de son gouvernement et une quarantaine de représentants de pays d’Europe et d’Amérique latine, ainsi que d’organismes internationaux, pour attirer leur attention sur les dégâts causés par le phénomène, qui affecte 1,2 million d’habitants dans le pays. A l’issue de la réunion, Otto Pérez a annoncé la mise en place d’un groupe de travail pour organiser l’aide aux sinistrés.

Selon des estimations officielles, le Guatemala a besoin d’environ 49 millions de d’euros pour indemniser les familles qui ont perdu leur récolte – principalement de maïs et de haricots – en raison de la sécheresse.  Les autorités ont déclaré l’état de catastrophe naturelle pour une durée de 30 jours dans 16 des 22 départements du pays. Le « couloir sec », région pauvre de l’Est du pays, est la zone la plus touchée.

Lire l’article entier: Le Figaro

 

LA FAO LANCE UNE PÉTITION MONDIALE CONTRE LA FAIM (UNNews)

Lu au site : UNNews

LA FAO LANCE UNE PÉTITION MONDIALE CONTRE LA FAIM

New York, May 11 2010 10:50AM

L’;Organisation des Nations Unies pour l’;alimentation et l’;agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO) a donné mardi le coup d’;envoi à une pétition en ligne incitant le public à se révolter face au constat que près d’;un milliard de personnes souffrent de la faim de par le monde.

« Nous devrions être très en colère face au fait scandaleux que nos semblables continuent à être victimes de la faim », a déclaré le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf. « Si avez le même sentiment, je vous demande de manifester cette colère. Tous autant que vous êtes, riches et pauvres, jeunes et vieux, habitants des pays avancés et des pays en développement, exprimez votre colère contre la faim dans le monde en ajoutant votre nom à la pétition mondiale sur le site <« http://www.1billionhungry.org/ »>http://www.1billionhungry.org/ &raquo;.

La pétition sur Internet exhorte les gouvernements à accorder la priorité absolue à l’;élimination de la faim. Le symbole de cette campagne intitulée « 1billionhungry » (‘;1 milliard d’;affamés’;) est un sifflet jaune, encourageant les citoyens à siffler contre la faim. La FAO souhaite que la pétition se propage sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et YouTube.

Un des points forts de la campagne est une vidéo promotionnelle réalisée avec l’;acteur britannique Jeremy Irons, qui reprend le rôle d’;un personnage révolté, campé par Peter Finch dans une scène célèbre du film Network qui lui a valu l’;Oscar du meilleur acteur. Continuer la lecture de LA FAO LANCE UNE PÉTITION MONDIALE CONTRE LA FAIM (UNNews)

ENVIRON 860.000 ENFANTS ATTEINTS DE MALNUTRITION DANS LES PAYS DU SAHEL (UNNews)

New York, Apr  9 2010  3:50PM

Environ 860.000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë sévère et ont besoin d’;une prise en charge d’;urgence dans les pays du Sahel, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, au Tchad ainsi qu’;au nord du Nigéria, a indiqué vendredi la porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l’;enfance (<« http://www.unicef.org/french/index.php »>UNICEF) à Genève, Christiane Berthiaume.

La situation alimentaire et nutritionnelle dans les pays du Sahel est très inquiétante, a estimé Mme Berthiaume. Cette région très aride a souffert d’;une extrême sécheresse provoquant de mauvaises récoltes.

L’;UNICEF déplore le manque d’;argent pour faire face à cette crise. Environ 50 millions de dollars sont nécessaires pour répondre à l’;urgence nutritionnelle et seulement la moitié ont été récoltés auprès de la communauté internationale. Continuer la lecture de ENVIRON 860.000 ENFANTS ATTEINTS DE MALNUTRITION DANS LES PAYS DU SAHEL (UNNews)

TCHAD : TAUX DE MALNUTRITION EN HAUSSE DANS L’OUEST (UNNews)

TCHAD : TAUX DE MALNUTRITION EN HAUSSE DANS L’OUEST

New York, Mar 26 2010 10:50AM

Les taux de malnutrition ont augmenté dans l’;ouest du Tchad, dans la région de Kanem, où les pluies tardives ont provoqué des pénuries alimentaires sévères. La situation a été exacerbée par le fait que les communautés locales ont un accès très limité aux soins de santé de base et à l’;eau salubre, s’;inquiète le Fonds des Nations Unies pour l’;enfance (<« http://www.unicef.org/french/index.php »>UNICEF).
Adam Abdulai vient tout juste d’;avoir un an. Pourtant, il peut à peine bouger, et encore moins se mettre debout et marcher. Adam et une dizaine d’;autres enfants émaciés sont couchés sur des matelas dans le centre d’;alimentation de Mao, dans l’;ouest du Tchad, sous le regard inquiet et impuissant de leurs mères et de leurs grand-mères.
« Quand j’;étais enceinte, nous n’;avions pas beaucoup de nourriture. Je mangeais de la boule de mil une ou deux fois par jour pendant ma grossesse, » raconte Hawa, la mère d’;Adam. « Après l’;accouchement, je suis tombée très malade et j’;ai perdu toutes mes forces. Je ne pouvais pas l’;allaiter correctement. Au centre, nous avons appris l’;importance de l’;allaitement au sein, » ajoute-t-elle. Continuer la lecture de TCHAD : TAUX DE MALNUTRITION EN HAUSSE DANS L’OUEST (UNNews)