La sécheresse la plus grave depuis six ans au Madagascar

Crédit Photo: RFI

La sécheresse menace la sécurité alimentaire de nombreux Malgaches.

Madagascar: Une grave sécheresse menace le sud du pays

A Madagascar, les régions touchées par la tempête tropicale Chedza il y a deux semaines se remettent encore des fortes pluies. Dans l’extrême sud du pays c’est l’inverse : une grande sécheresse menace la sécurité alimentaire de centaines de milliers de personnes. Il s’agit de la sécheresse la plus grave depuis six ans. La situation est critique, l’aide humanitaire commence à s’organiser.

Le Sud est régulièrement touché par des problèmes de sécheresse, mais la situation cette année est jugée particulièrement préoccupante. Les organismes non -gouvernementaux sont en situation d’alerte. Il n’a pas plu depuis début décembre, les champs sont secs et les stocks s’amenuisent.

 

Lire l’article entier: allAfrica et RFI

KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT (UNNews)

KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT

New York, Aug  5 2009  6:00PM

En visite dans le vaste camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord du Kenya, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres a appelé mercredi la communauté internationale à répondre au problème de surpeuplement qui affecte les gens qui ont fui le conflit en Somalie.

Le Haut Commissaire, en visite officielle de trois jours au Kenya a estimé que le site de Dadaab était le plus problématique dans le monde, a déclaré la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’;ONU, à New York.

Situés à quelque 90 kilomètres de la frontière avec la Somalie, les trois camps qui composent le site de Dadaab avaient été construits pour abriter 90.000 personnes. Aujourd’;hui, ils abritent trois fois plus de monde, pour la plupart des Somaliens. Continuer la lecture de KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT (UNNews)

Les enfants sur les décharges de l’Argentine et les petits jardins

Message reçu de la part de Simonne MENDIA :

« Quand je vois les enfants sur les décharges de l’Argentine, essayant de se nourrir avec les déchets jetés, cela fait mal, surtout dans un pays si riche!!!  Il faudrait leur apprendre à recolter des millions de graines pour les planter  et avoir au moins des légumes frais.  Aujourd’hui, j’espère que des dizaines de Ministres de l’Agriculture donnent des ordres pour éduquer les enfants, pour leur donner des légumes et des fruits.

J’ai parlé hier à mes petites filles, ayant fait une démonstration, récuperer des graines d’une citrouille, leur expliquant que ces graines semées allaient donner des dizaines de plantes.  Il faut rendre sensible les enfants favorisés, demandant à leur mère de garder les graines, les préparer, donner celles-ci à des écoles pauvres.  Demandez aux institutrices et professeurs de s’engager à faire connaitre votre idée simple, mais mise en pratique formidablement efficace.  Dans les Villas Miseria il y a de la terre riche.  Il serait plus facile de donner des graines et outils pour cultiver un petit jardin que de l’argent qui ne sert a rien.  Quand on voit ces enfants et adultes squeletiques, c’est difficile de croire que nous sommes en Argentine, pays très riche , et non en Afrique, l’ Inde, ect.

Je me lance à fond dans votre idée.  Simonne« « 

————————-

Chère Simonne,

Vous avez pleinement raison : il est si facile de donner à manger des légumes frais et des fruits à tous les enfants du monde.  Il suffit de créer des petits jardins sur des terrains vagues et de les apprendre à cultiver.  Nous pourrions toujours leur fournir des graines (voir notre action “Graines pour Vivres – <http://zadenvoorleven.wordpress.com>” ou “Seeds for Food” (<www.seedsforfood.org>)

Les dernières années, un mouvement appelé “guerilla gardening” (voyez Google) s’est créé dans toutes les grandes villes du monde.  Des gens pauvres y occupent des petits terrains vagues, même en plein centre-ville, pour y installer des terrains de culture de légumes.  N’est ce pas la preuve que ces gens qui vivent dans l’insécurité alimentaire et la pauvreté trouvent que la solution la plus simple, c’est d’installer des petits jardins de culture ?

Alors pourquoi ne pas offrir des petits terrains à ces enfants.  Tout compte fait, pendant et après les deux guerres mondiales un même mouvement s’est créé dans beaucoup de nos pays.  Cela s’appele “jardins du peuple”, “volkstuintjes”, “allotment gardens”.  Beaucoup de ces jardins se sont installés le long des chemins de fer.  Ils fonctionnent toujours avec beaucoup de succès.  C’est un exemple à suivre pour lutter contre la malnutrition, la faim, la famine, en particulier dans les pays désertifiés.

Les gouvernements et les organisations internationales ont toutes les possibilités de prendre des initiatives pour installer ces jardins pour les pauvres, en particulier pour les enfants.  Je pense notamment au PAM et à UNICEF (voir une initiative de UNICEF ALGERIE en 2005-2007).

Au lieu de dépenser des milliards de dollars au transport de vivres vers des populations affamées, il vaut mieux utiliser ces sommes énormes à la construction de jardins de famille, des jardins scolaires et des jardins des hôpitaux.  Cela est réalisable en une toute petite période de quelques mois.  Le résultat serait un développement durable, qui reste toujours un des objectifs primordiaux du Millenium.

En Algérie, nous avons déjà livré la preuve que ces jardins ont une valeur fantastique, car ils apportent aussi un nouvel espoir pour un meilleur avenir.  Mais il faut s’y mettre avec une volonté ferme de continuer les efforts, enregistrant ainsi succès après succès.

Je continuerai à croire que le jour viendra, que …

Willem

Argentine : état d’urgence agricole suite à la sécheresse (Google / Le Blog Finance)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.leblogfinance.com/2009/01/argentine-tat-d.html

Argentine : état d’urgence agricole suite à la sécheresse

Important impact à prévoir sur le marché à terme de Chicago, et plus particulièrement sur les cours du soja, blé et maïs. Le gouvernement argentin a décrété lundi l’état d’urgence agricole dans les zones fortement affectées par une sécheresse historique. Les mesures annoncées devraient permettre d’exonérer les agriculteurs concernés du paiement d’impôts durant un an. Le gouvernement devrait également renoncer à percevoir certaines taxes d’un montant de quelque 57 millions de dollars. Cette mesure était réclamée à corps et à cris par les producteurs agricoles, ces derniers ayant du faire face à d’importantes difficultés financières consécutives à une sécheresse dévastatrice. La perte de quelque 1,8 million de têtes de bétail privées de pâturage est ainsi à déplorer tandis plus de 50% des semis de blé et de maïs ont été dévastés. La sécheresse qui sévit actuellement est la pire de ces cinq dernières années. Le territoire touché est grand comme cinq fois la Belgique, soit quelque 150.000 km2 répartis entre les provinces de Santa Fe et Entre Rios. Dans ces zones, il a plu seulement 40% de la moyenne annuelle en 2008. Le manque d’eau menace aussi les récoltes de soja, principale culture du pays. Continuer la lecture de Argentine : état d’urgence agricole suite à la sécheresse (Google / Le Blog Finance)

FAO : VERS UN PLAN D’ACTION MONDIAL POUR L’EAU (UNNews)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

FAO : VERS UN PLAN D’ACTION MONDIAL POUR L’EAU

New York, Jan 21 2009 11:00AM

Des délégués de plus de 60 pays sont réunis à Rome de mercredi à vendredi pour poursuivre les négociations en vue d’un plan d’action mondial pour l’adaptation aux changements qui influeront sur la manière dont les pays gèrent leurs ressources en eau douce, indique l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO).

« L’eau est aujourd’hui menacée sur plusieurs fronts. Les êtres humains dépendent de l’eau pour leur survie, mais ils sont aussi les pires ennemis de l’eau », affirme Ger Bergkamp, directeur général du Conseil mondial de l’eau, organisation internationale chargée d’organiser, tous les trois ans, le Forum mondial de l’eau en collaboration avec un pays hôte.

La réunion de Rome est la troisième d’une série de rencontres de haut niveau visant à la préparation de la conférence ministérielle sur l’eau dans le cadre de ce Forum mondial de l’eau qui se tiendra du 16 au 22 mars 2009 à Istanbul, en Turquie. On s’attend à ce que les responsables gouvernementaux réunis à Rome adoptent, au terme des négociations, un plan d’action mondial qui devra être finalisé et approuvé par la conférence ministérielle à Istanbul. Continuer la lecture de FAO : VERS UN PLAN D’ACTION MONDIAL POUR L’EAU (UNNews)

HAÏTI: PLUS DE 10 MILLIONS DE DOLLARS D’AIDE FAO-FIDA AUX AGRICULTEURS (Google / UN News)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

HAÏTI: PLUS DE 10 MILLIONS DE DOLLARS D’AIDE FAO-FIDA AUX AGRICULTEURS

New York, Oct 27 2008 11:00AM

Les communautés d’Haïti frappées par l’insécurité alimentaire recevront un paquet d’aide de 10,2 millions de dollars pour le redressement du secteur agricole durement éprouvé les catastrophes naturelles, a annoncé lundi l’;Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm« >FAO). Un accord en ce sens a été passé le 22 octobre 2008 entre la FAO, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le gouvernement d’Haïti. Continuer la lecture de HAÏTI: PLUS DE 10 MILLIONS DE DOLLARS D’AIDE FAO-FIDA AUX AGRICULTEURS (Google / UN News)

ZIMBABWE : LE PAM LANCE UN APPEL À CONTRIBUTIONS DE 140 MILLIONS DE DOLLARS (UN NEWS / Willem)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

New York, Oct  9 2008  2:01PM

Le Programme alimentaire mondial <« http://www.wfp.org/english/ »>(PAM) a lancé jeudi un appel à contributions de 140 millions de dollars pour fournir une aide alimentaire au Zimbabwe, où plus de 5 millions de personnes sont menacés par la famine. Cette somme est destinée à couvrir les besoins pendant les six prochains mois. Sans cette contribution, les stocks du PAM seront épuisés en janvier, au plus haut de la crise, souligne l’agence des Nations Unies dans un communiqué.

« Des millions de Zimbabwéens manquent déjà de nourriture ou survivent avec seulement un repas pas jour et la crise va empirer dans les mois à venir », a déclaré le directeur régional du PAM pour l’est, le centre et le sud de l’Afrique, Mustapha Darboe. « Le PAM peut empêcher que cette crise ne devienne une catastrophe mais nous avons besoin de donations et nous en avons besoin maintenant », a-t-il ajouté.

Selon une mission d’évaluation du PAM et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO), plus de 2 millions de personnes ont déjà besoin d’assistance. Ce chiffre atteindra 5,1 millions, soit 45% de la population, au début 2009. Le PAM prévoit d’aider autour de 4 millions de personnes.

La situation est déjà critique dans de nombreuses zones rurales, particulièrement dans les districts du sud mais aussi dans certains districts de l’est, du centre et du nord-ouest du pays. Un grand nombre de fermiers n’ont eu que de maigres récoltes cette année et ont épuisé leurs stocks.

La distribution de rations d’urgence par le PAM et ses partenaires humanitaires, qui a été retardée par les restrictions imposées par le gouvernement aux activités humanitaires pendant trois mois, a pu démarrer. Des dizaines de milliers de personnes ont reçu une assistance alimentaire vitale au cours de la semaine passée et le PAM espère atteindre le chiffre de 1,8 million d’ci la fin du mois.

——————–

MON COMMENTAIRE (Willem)

Tout en acceptant la nécessité des interventions d’urgence pour sauver des millions de personnes de la famine, je supplie tous les donateurs à investir au maximum dans des programmes qui visent le développement durable et l’autosuffisance alimentaire dans toutes les régions affectées par la séchersse et la désertification.

Je reste convaincu que la construction de petits jardins de famille et des jardins scolaires, chacun entouré d’une petite ceinture d’arbres fruitiers (pour le reboisement), serait le plus grand pas en avant en direction de ce développement durable.

Rémédier à chaque crise ou créer le sauvetage définitif ?  Moi, j’ai fait le choix après avoir vécu le succès des jardins de famille dans les camps de réfugiés près de Tindouf en Algérie.

2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire
2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire