De la sécheresse à la famine

Crédit photo: Google

Camp de réfugiés à Dabaab

Corne de l’Afrique: entre sécheresse et famine

La Corne de l’Afrique -Ethiopie, Somalie, Kenya et Djibouti- est frappée par la pire sécheresse depuis 60 ans. La catastrophe humanitaire pourrait faire 11 millions de victimes. Le fléau de la malnutrition gagne les habitants de la région mais surtout le sud de la Somalie, décrété en état de famine par l’ONU. Tous les jours des milliers de Somaliens quittent le pays à la recherche de nourriture et d’eau. Il rejoignent des camps de fortune en Ethiopie voisine.

Voir l’article: Le Vi

DES RÉFUGIÉS BÉNÉFICIERONT D »UN PROJET DE MICROCRÉDIT (UNNews / Willem Van Cotthem)

Lu au site : UNNews

DES RÉFUGIÉS BÉNÉFICIERONT D »UN PROJET DE MICROCRÉDIT SOUTENU PAR L »ONU

New York, Jan 14 2010 12:50PM

Des dizaines de milliers de personnes déplacées à travers le monde pourront bénéficier de micro-prêts pour lancer leur propre entreprise et devenir auto-suffisantes grâce à un nouvel accord entre le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (< » http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/news »>UNHCR) et une organisation de microcrédit créée par le Prix Nobel de la paix bangladeshi, Muhammad Yunus.

Selon un protocole d’;accord signé par M. Yunus et le Haut commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, le Grameen Trust va mettre en place des programmes de micro-prêts pour les civils déplacés, principalement des réfugiés mais aussi des rapatriés et des déplacés internes, dans 14 pays à travers le monde, avec une étude de faisabilité au début de cette année en Egypte, en Tanzanie et en Afrique du Sud.

« La Grameen Bank et son réseau ont donné accès au microcrédit à des millions de gens pauvres », a dit M. Guterres. « Je pense que le Grameen Trust peut apporter une contribution vitale à l’;auto-suffisance et à la promotion de moyens d’;existence durables ». Continuer la lecture de DES RÉFUGIÉS BÉNÉFICIERONT D »UN PROJET DE MICROCRÉDIT (UNNews / Willem Van Cotthem)

Des millions de migrants climatiques sans retour d’ici 2050 (Google / Romandie

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.romandie.com/infos/news2/090610113716.yv40jcug.asp

Des millions de migrants climatiques sans retour d’ici 2050

BONN – Des dizaines de millions de personnes seront forcées de quitter leur terre et parfois leur pays inondé ou desséché dans les décennies à venir, posant des problèmes inédits de sécurité et de statut, relève une étude internationale présentée mercredi à Bonn.

Selon les projections, le nombre de migrants atteindra de 25 à 50 millions en 2010, jusqu’à 700 millions en 2050. L’Organisation internationale des migrations (OMI) s’en tient à une estimation médiane de 250 millions en 2050.

L’étude « In search of Shelter » (A la recherche d’un abri), conduite dans 23 pays et présentée en marge des négociations du nouvel accord contre le réchauffement, insiste pour que la communauté internationale intègre la dimension de ces migrations dans le futur traité international.

« Si des mesures fortes ne sont pas prises pour freiner le réchauffement global, les conséquences des migrations et des déplacements pourront atteindre une échelle sans précédent », insiste l’un des auteurs, Charles Ehrhart, responsable Climat à Care-international. « Les conséquences sur la sécurité seront dévastatrices ».

L’ONG a été associée à l’Institut pour l’environnement et la sécurité de l’Université des Nations unies (UNU-EHS) et à l’Université Columbia de New York pour conduire ces recherches.

Le déplacement des populations est généralement motivé par un ensemble de facteurs sociaux et économiques, mais l’influence du changement climatique est déjà croissante », explique Koko Walter, de l’UNU.

« Près du tiers de la population mondiale est concernée par la fonte des glaciers, l’augmentation du niveau de la mer, les risques d’inondations dans un premier temps, de sécheresse à long terme », relève M. Ehrhart. « Mais là où les déplacements dus aux catastrophes naturelles ou aux guerres sont généralement temporaires, cette fois les gens devront quitter leurs terres sans espoir de retour ».

Les principales régions concernées sont les méga-deltas d’Asie – Gange et Mékong – celui du Nil, mais aussi l’Amérique centrale et le Sahel en Afrique de l’ouest, où 65% des terres cultivables sont déjà dégradées sous l’effet de la sécheresse, note l’étude.

Si 12 à 14% de la population égyptienne pourrait être forcée à se déplacer, livrée à la fois à la sécheresse et à la montée des eaux, les 40 petits états insulaires, particulièrement bas au-dessus des océans, risquent tout simplement de couler.

(©AFP / 10 juin 2009 13h37)

(continue)

250 millions de réfugiés écologiques (Google / Good Planet)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/fre/Societe/Refugies/Refugies-environnementaux/(theme)/289

250 millions de réfugiés écologiques

Selon les estimations, 50 à 500 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 sous l’effet des inondations, de la dégradation des sols, des catastrophes naturelles, de la déforestation, de la construction de grands barrages ou d’accidents industriels. Pourtant, le statut de ces personnes, appelées aussi réfugiés de l’environnement ou éco-réfugiés, n’est pas encore reconnu dans le droit international. Continuer la lecture de 250 millions de réfugiés écologiques (Google / Good Planet)

Les migrations liées au réchauffement climatique (Google / Le Monde)

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/06/10/region-par-region-les-migrations-liees-au-rechauffement-climatique_1205069_3244.html

Région par région, les migrations liées au réchauffement climatique

Ce sont des cartes qui font froid dans le dos. Dans un rapport rendu public, mercredi 10 juin, par l’Institut pour l’environnement et la sécurité humaine de l’université des Nations unies, l’ONG Care et le Centre pour un réseau international d’information en sciences de la terre de l’université de Columbia dessinent la multiplication des migrations forcées liées aux dérèglements de l’environnement.

D’ici cinquante ans, le changement climatique va jeter sur les routes 200 millions de réfugiés privés de toit et de moyens de subsistance, provoquant effondrement social et explosions de violence dans les pays concernés. Dans les seuls deltas du Mékong, du Gange et du Nil, densément peuplés, une élévation du niveau de la mer de 1 mètre chasserait 23,5 millions d’habitants et engloutirait au moins 1,5 million d’hectares de terres agricoles.

L’intérêt principal de ce rapport est de décortiquer, région par région et cartes à l’appui, la mécanique environnementale qui conduit à ces migrations pour mieux envisager comment les prévenir ou les anticiper. Cartes et commentaires croisent les grands centres urbains et les bassins de population, les types de culture agricole et l’altitude avec les données illustrant l’évolution de la fonte des glaciers ou de l’érosion des sols, de la fréquence des cyclones ou de l’effondrement des précipitations, de la désertification ou des inondations.

(continue)

L’humanité devra décider si elle prend son destin en main (Google / Libération)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.liberation.fr/terre/0101305389-a-copenhague-l-humanite-devra-decider-si-elle-prend-son-destin-en-main

A Copenhague, «l’humanité devra décider si elle prend son destin en main»

Après le sommet sur le climat à Poznan qui s’est achevé hier, entretien avec Raja Devasish Roy, ministre de l’environnement du Bangladesh.

Recueilli par CHRISTIAN LOSSON

Pour un pays aussi vulnérable au changement climatique, Poznan est-il porteur d’espoir ou de désespoir?
Vivement 2009 et le sommet de Copenhague où l’humanité devra décider si elle prend ou pas son destin en main. L’Europe va au moins avoir enfin un rival avec l’arrivée de Barack Obama, porteur d’une nouvelle dynamique américaine. Cela devrait changer de la politique des petits pas alors qu’on doit sprinter. Les pays scandinaves ont montré un vrai leadership. Mais finalement, l’Europe ne propose que 20% de baisse de gaz à effet de serre pour 2020, quand les scientifiques disent qu’il faut trouver une fourchette entre 25 et 40%. Et le Japon, l’Australie, le Canada n’ont toujours rien proposé. Or, les pays industrialisés ont une responsabilité historique dans la pollution actuelle de l’air.
Continuer la lecture de L’humanité devra décider si elle prend son destin en main (Google / Libération)

Afghanistan : Crise alimentaire et sécheresse (Google / Centre d’actualités de l’ONU)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=17749&Cr=Afghanistan&Cr1=s%C3%A9cheresse

Crise alimentaire et sécheresse poussent les Afghans hors des villages

11 novembre 2008 – Une grave sécheresse et la pénurie alimentaire ont contraint des milliers de personnes à quitter leurs villages dans le nord et l’ouest de l’Afghanistan pour partir en quête de travail et d’assistance. Désespérées, beaucoup d’autres devraient se déplacer à l’approche de l’hiver, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).Plusieurs provinces telles que Badghis, Faryab, Jawzjan, Ghor, Saripul, Balkh et Samangan ont été durement touchées par un hiver rigoureux plus tôt cette année, avant d’être minées par la sécheresse et de maigres récoltes. La production de blé – l’aliment de base en Afghanistan – aurait diminué de 36% par rapport à l’an passé. Le ministère de l’agriculture a d’ailleurs déclaré que le pays allait manquer, au cours des six prochains mois, de l’équivalent de 2 millions de tonnes de diverses denrées alimentaires, ajoute l’agence des Nations Unies. La hausse générale des prix alimentaires a aggravé le problème de l’insécurité alimentaire. Un appel des Nations Unies faisait état, en juillet dernier, qu’une augmentation des prix du blé et de la farine de blé de 200% était survenue à travers l’ensemble du pays l’année dernière. Les personnes les plus touchées sont les petits agriculteurs, les personnes sans terres, les nomades et les travailleurs journaliers. Continuer la lecture de Afghanistan : Crise alimentaire et sécheresse (Google / Centre d’actualités de l’ONU)