De la sécheresse à la famine

Crédit photo: Google

Camp de réfugiés à Dabaab

Corne de l’Afrique: entre sécheresse et famine

La Corne de l’Afrique -Ethiopie, Somalie, Kenya et Djibouti- est frappée par la pire sécheresse depuis 60 ans. La catastrophe humanitaire pourrait faire 11 millions de victimes. Le fléau de la malnutrition gagne les habitants de la région mais surtout le sud de la Somalie, décrété en état de famine par l’ONU. Tous les jours des milliers de Somaliens quittent le pays à la recherche de nourriture et d’eau. Il rejoignent des camps de fortune en Ethiopie voisine.

Voir l’article: Le Vi

KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT (UNNews)

KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT

New York, Aug  5 2009  6:00PM

En visite dans le vaste camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord du Kenya, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres a appelé mercredi la communauté internationale à répondre au problème de surpeuplement qui affecte les gens qui ont fui le conflit en Somalie.

Le Haut Commissaire, en visite officielle de trois jours au Kenya a estimé que le site de Dadaab était le plus problématique dans le monde, a déclaré la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’;ONU, à New York.

Situés à quelque 90 kilomètres de la frontière avec la Somalie, les trois camps qui composent le site de Dadaab avaient été construits pour abriter 90.000 personnes. Aujourd’;hui, ils abritent trois fois plus de monde, pour la plupart des Somaliens. Continuer la lecture de KENYA : LES RÉFUGIÉS SOMALIENS DU SITE DE DADAAB SOUFFRENT DU SURPEUPLEMENT (UNNews)

Des millions de migrants climatiques sans retour d’ici 2050 (Google / Romandie

Lu au site : Alerte Google – désertification

http://www.romandie.com/infos/news2/090610113716.yv40jcug.asp

Des millions de migrants climatiques sans retour d’ici 2050

BONN – Des dizaines de millions de personnes seront forcées de quitter leur terre et parfois leur pays inondé ou desséché dans les décennies à venir, posant des problèmes inédits de sécurité et de statut, relève une étude internationale présentée mercredi à Bonn.

Selon les projections, le nombre de migrants atteindra de 25 à 50 millions en 2010, jusqu’à 700 millions en 2050. L’Organisation internationale des migrations (OMI) s’en tient à une estimation médiane de 250 millions en 2050.

L’étude « In search of Shelter » (A la recherche d’un abri), conduite dans 23 pays et présentée en marge des négociations du nouvel accord contre le réchauffement, insiste pour que la communauté internationale intègre la dimension de ces migrations dans le futur traité international.

« Si des mesures fortes ne sont pas prises pour freiner le réchauffement global, les conséquences des migrations et des déplacements pourront atteindre une échelle sans précédent », insiste l’un des auteurs, Charles Ehrhart, responsable Climat à Care-international. « Les conséquences sur la sécurité seront dévastatrices ».

L’ONG a été associée à l’Institut pour l’environnement et la sécurité de l’Université des Nations unies (UNU-EHS) et à l’Université Columbia de New York pour conduire ces recherches.

Le déplacement des populations est généralement motivé par un ensemble de facteurs sociaux et économiques, mais l’influence du changement climatique est déjà croissante », explique Koko Walter, de l’UNU.

« Près du tiers de la population mondiale est concernée par la fonte des glaciers, l’augmentation du niveau de la mer, les risques d’inondations dans un premier temps, de sécheresse à long terme », relève M. Ehrhart. « Mais là où les déplacements dus aux catastrophes naturelles ou aux guerres sont généralement temporaires, cette fois les gens devront quitter leurs terres sans espoir de retour ».

Les principales régions concernées sont les méga-deltas d’Asie – Gange et Mékong – celui du Nil, mais aussi l’Amérique centrale et le Sahel en Afrique de l’ouest, où 65% des terres cultivables sont déjà dégradées sous l’effet de la sécheresse, note l’étude.

Si 12 à 14% de la population égyptienne pourrait être forcée à se déplacer, livrée à la fois à la sécheresse et à la montée des eaux, les 40 petits états insulaires, particulièrement bas au-dessus des océans, risquent tout simplement de couler.

(©AFP / 10 juin 2009 13h37)

(continue)

250 millions de réfugiés écologiques (Google / Good Planet)

Lu au site : Alerte Google – sécheresse

http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/fre/Societe/Refugies/Refugies-environnementaux/(theme)/289

250 millions de réfugiés écologiques

Selon les estimations, 50 à 500 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 sous l’effet des inondations, de la dégradation des sols, des catastrophes naturelles, de la déforestation, de la construction de grands barrages ou d’accidents industriels. Pourtant, le statut de ces personnes, appelées aussi réfugiés de l’environnement ou éco-réfugiés, n’est pas encore reconnu dans le droit international. Continuer la lecture de 250 millions de réfugiés écologiques (Google / Good Planet)

ZIMBABWE : LE PAM LANCE UN APPEL À CONTRIBUTIONS DE 140 MILLIONS DE DOLLARS (UN NEWS / Willem)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

New York, Oct  9 2008  2:01PM

Le Programme alimentaire mondial <« http://www.wfp.org/english/ »>(PAM) a lancé jeudi un appel à contributions de 140 millions de dollars pour fournir une aide alimentaire au Zimbabwe, où plus de 5 millions de personnes sont menacés par la famine. Cette somme est destinée à couvrir les besoins pendant les six prochains mois. Sans cette contribution, les stocks du PAM seront épuisés en janvier, au plus haut de la crise, souligne l’agence des Nations Unies dans un communiqué.

« Des millions de Zimbabwéens manquent déjà de nourriture ou survivent avec seulement un repas pas jour et la crise va empirer dans les mois à venir », a déclaré le directeur régional du PAM pour l’est, le centre et le sud de l’Afrique, Mustapha Darboe. « Le PAM peut empêcher que cette crise ne devienne une catastrophe mais nous avons besoin de donations et nous en avons besoin maintenant », a-t-il ajouté.

Selon une mission d’évaluation du PAM et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO), plus de 2 millions de personnes ont déjà besoin d’assistance. Ce chiffre atteindra 5,1 millions, soit 45% de la population, au début 2009. Le PAM prévoit d’aider autour de 4 millions de personnes.

La situation est déjà critique dans de nombreuses zones rurales, particulièrement dans les districts du sud mais aussi dans certains districts de l’est, du centre et du nord-ouest du pays. Un grand nombre de fermiers n’ont eu que de maigres récoltes cette année et ont épuisé leurs stocks.

La distribution de rations d’urgence par le PAM et ses partenaires humanitaires, qui a été retardée par les restrictions imposées par le gouvernement aux activités humanitaires pendant trois mois, a pu démarrer. Des dizaines de milliers de personnes ont reçu une assistance alimentaire vitale au cours de la semaine passée et le PAM espère atteindre le chiffre de 1,8 million d’ci la fin du mois.

——————–

MON COMMENTAIRE (Willem)

Tout en acceptant la nécessité des interventions d’urgence pour sauver des millions de personnes de la famine, je supplie tous les donateurs à investir au maximum dans des programmes qui visent le développement durable et l’autosuffisance alimentaire dans toutes les régions affectées par la séchersse et la désertification.

Je reste convaincu que la construction de petits jardins de famille et des jardins scolaires, chacun entouré d’une petite ceinture d’arbres fruitiers (pour le reboisement), serait le plus grand pas en avant en direction de ce développement durable.

Rémédier à chaque crise ou créer le sauvetage définitif ?  Moi, j’ai fait le choix après avoir vécu le succès des jardins de famille dans les camps de réfugiés près de Tindouf en Algérie.

2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire
2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire

Algérie : Réussite des jardins de famille avec culture de légumes (Taleb BRAHIM / Willem)

Le projet de l’UNICEF : jardins de famille

La semaine dernière l’agronome Taleb BRAHIM, ingénieur-coordinateur du projet de l’UNICEF des jardins de famille dans les camps des réfugiés Saharaouis au Sud-Ouet de l’Algérie m’a envoyé quelques belles photos, montrant ainsi la réussite avec la production de légumes dans les jardins de petite surface dans le camp de Smara:

Taleb + cauliflower
l’ingénieur Taleb BRAHIM entouré de choux-fleur et tomates dans un jardin du désert Sahara.
Cauliflower, lettuce, sweet pepper and young tomato plants
Choux-fleur, laittue, poivrons et des jeunes tomates se développmant dans le sable Saharien.
Red beetroot
Les jeunes betteraves rouges se développent d’une façon splendide

Young beans
Le sable en-desous des lignes de l’irrigation goutte-à-goutte ont été traité vec le conditionneur de sol TerraCottem, qui emmagasine l’eau d’irrigation.  Les jeunes haricots poussent bien.
Opuntia

Une petite raquette du cactus Figue de Barbarie (Opuntia ficus-indica), variété sans épines, développe des jeunes pousses.  Ce cactus est utilisé comme fourage pour les chèvres, moutons et dromadaires.

AVAAZ : réformer le système alimentaire mondial (Avaaz / Willem)

La crise alimentaire

Avaaz envoie en temps normal une alerte par semaine, qui vous donne l’occasion d’agir sur les dossiers les plus décisifs de l’actualité internationale.

Merci de rejoindre cette campagne pour que les décideurs agissent et  mettent fin à la crise alimentaire. La communauté internationale doit se mobiliser et réformer le système alimentaire mondial.

La crise alimentaire nous concerne tous, et plus nous aurons de signatures à soumettre au G8 et aux Nations unies, plus puissant nous serons! Transférez ce lien à vos amis si vous ne l’avez pas déjà fait:
http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/97.php/?cl_tf_sign=1<br

A PROPOS D’AVAAZ

Avaaz.org est une organisation non gouvernementale indépendante à but non lucratif, qui mène des campagnes mondiales pour faire en sorte que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie « voix » dans de nombreuses langues). Avaaz ne reçoit aucun financement d’aucun gouvernement ou entreprise. L’équipe d’Avaaz est basée à Londres, New-York, Paris, Washington, Genève, et Rio de Janeiro.

N’oubliez pas d’aller visiter nos espaces Facebook http://www.facebook.com/pages/Avaaz/8340223883
et Myspace http://www.myspace.com/avaazorg
et  Bebo http://www.bebo.com/Profile.jsp?MemberId=6305316853

Ecrivez-nous à info@avaaz.org. Vous pouvez aussi envoyer un courrier à notre bureau à New York : 260 Fifth Avenue, 9th floor, New York, NY 10001 U.S.A.

Rendez-vous sur http://www.avaaz.org.

——————–

Mon commentaire (Willem)

Et dire qu’une bonne partie de la crise alimentaire peut être facilement résolu en construisant un tout petit jardin de famille (30 m2) pour chaque famille rurale ou des jardins communautaires aux alentours des villes pour les familles urbaines les plus pauvres.  Voyez le succès des jardins de familles du projet UNICEF dans les camps des réfugiés Saharaouis en Algérie (http://desertification.wordpress.com) et le succès de notre initiative de collection de graines de fruits tropicaux en Europe de l’Ouest, démarré en Belgique en Août 2007 (http://zadenvoorleven.wordpress.com) avec une page en langue française et toute une série de photos sur le projet.