La malnutrition et les jardins scolaires (Willem)

Veuillez lire l’article précedent de l’UNNews :

LE PAM ACCROÎT SON ASSISTANCE ALIMENTAIRE AU PAKISTAN

Mon attention fut attiré par le paragraphe suivant :

« Le PAM donne en effet chaque mois un bidon de quatre litres d’huile aux garçons et aux filles qui vont à l’école, ainsi qu’un sac de 50 kg de farine, afin d’encourager les parents à laisser les enfants à l’école au lieu de les faire travailler.« 

Inévitablement cela me fait penser au succès des jardins scolaires créés partout dans le monde.  Je me demande donc pourquoi cette « bonne pratique » n’est pas utilisée pour offrir aux enfants de toutes les régions qui souffrent de la sécheresse une nouriture fraîche quotidienne.  Investir dans des jardins scolaires, c’est investir dans un meilleur avenir pour la jeunesse.

Il va de soi que ce message est bien connu par le monde entier.  Alors, la construction de jardins scolaires devrait être une solution générale dans la combat de la malnutrion infantine.

ZIMBABWE : LE PAM LANCE UN APPEL À CONTRIBUTIONS DE 140 MILLIONS DE DOLLARS (UN NEWS / Willem)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

New York, Oct  9 2008  2:01PM

Le Programme alimentaire mondial <« http://www.wfp.org/english/ »>(PAM) a lancé jeudi un appel à contributions de 140 millions de dollars pour fournir une aide alimentaire au Zimbabwe, où plus de 5 millions de personnes sont menacés par la famine. Cette somme est destinée à couvrir les besoins pendant les six prochains mois. Sans cette contribution, les stocks du PAM seront épuisés en janvier, au plus haut de la crise, souligne l’agence des Nations Unies dans un communiqué.

« Des millions de Zimbabwéens manquent déjà de nourriture ou survivent avec seulement un repas pas jour et la crise va empirer dans les mois à venir », a déclaré le directeur régional du PAM pour l’est, le centre et le sud de l’Afrique, Mustapha Darboe. « Le PAM peut empêcher que cette crise ne devienne une catastrophe mais nous avons besoin de donations et nous en avons besoin maintenant », a-t-il ajouté.

Selon une mission d’évaluation du PAM et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO), plus de 2 millions de personnes ont déjà besoin d’assistance. Ce chiffre atteindra 5,1 millions, soit 45% de la population, au début 2009. Le PAM prévoit d’aider autour de 4 millions de personnes.

La situation est déjà critique dans de nombreuses zones rurales, particulièrement dans les districts du sud mais aussi dans certains districts de l’est, du centre et du nord-ouest du pays. Un grand nombre de fermiers n’ont eu que de maigres récoltes cette année et ont épuisé leurs stocks.

La distribution de rations d’urgence par le PAM et ses partenaires humanitaires, qui a été retardée par les restrictions imposées par le gouvernement aux activités humanitaires pendant trois mois, a pu démarrer. Des dizaines de milliers de personnes ont reçu une assistance alimentaire vitale au cours de la semaine passée et le PAM espère atteindre le chiffre de 1,8 million d’ci la fin du mois.

——————–

MON COMMENTAIRE (Willem)

Tout en acceptant la nécessité des interventions d’urgence pour sauver des millions de personnes de la famine, je supplie tous les donateurs à investir au maximum dans des programmes qui visent le développement durable et l’autosuffisance alimentaire dans toutes les régions affectées par la séchersse et la désertification.

Je reste convaincu que la construction de petits jardins de famille et des jardins scolaires, chacun entouré d’une petite ceinture d’arbres fruitiers (pour le reboisement), serait le plus grand pas en avant en direction de ce développement durable.

Rémédier à chaque crise ou créer le sauvetage définitif ?  Moi, j’ai fait le choix après avoir vécu le succès des jardins de famille dans les camps de réfugiés près de Tindouf en Algérie.

2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire
2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire

AVAAZ : réformer le système alimentaire mondial (Avaaz / Willem)

La crise alimentaire

Avaaz envoie en temps normal une alerte par semaine, qui vous donne l’occasion d’agir sur les dossiers les plus décisifs de l’actualité internationale.

Merci de rejoindre cette campagne pour que les décideurs agissent et  mettent fin à la crise alimentaire. La communauté internationale doit se mobiliser et réformer le système alimentaire mondial.

La crise alimentaire nous concerne tous, et plus nous aurons de signatures à soumettre au G8 et aux Nations unies, plus puissant nous serons! Transférez ce lien à vos amis si vous ne l’avez pas déjà fait:
http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/97.php/?cl_tf_sign=1<br

A PROPOS D’AVAAZ

Avaaz.org est une organisation non gouvernementale indépendante à but non lucratif, qui mène des campagnes mondiales pour faire en sorte que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie « voix » dans de nombreuses langues). Avaaz ne reçoit aucun financement d’aucun gouvernement ou entreprise. L’équipe d’Avaaz est basée à Londres, New-York, Paris, Washington, Genève, et Rio de Janeiro.

N’oubliez pas d’aller visiter nos espaces Facebook http://www.facebook.com/pages/Avaaz/8340223883
et Myspace http://www.myspace.com/avaazorg
et  Bebo http://www.bebo.com/Profile.jsp?MemberId=6305316853

Ecrivez-nous à info@avaaz.org. Vous pouvez aussi envoyer un courrier à notre bureau à New York : 260 Fifth Avenue, 9th floor, New York, NY 10001 U.S.A.

Rendez-vous sur http://www.avaaz.org.

——————–

Mon commentaire (Willem)

Et dire qu’une bonne partie de la crise alimentaire peut être facilement résolu en construisant un tout petit jardin de famille (30 m2) pour chaque famille rurale ou des jardins communautaires aux alentours des villes pour les familles urbaines les plus pauvres.  Voyez le succès des jardins de familles du projet UNICEF dans les camps des réfugiés Saharaouis en Algérie (http://desertification.wordpress.com) et le succès de notre initiative de collection de graines de fruits tropicaux en Europe de l’Ouest, démarré en Belgique en Août 2007 (http://zadenvoorleven.wordpress.com) avec une page en langue française et toute une série de photos sur le projet.

Algérie : Nourriture fraîche dans les camps des réfugiés (UNICEF / Willem)

Le projet UNICEF « Construction de jardins de famille et jardins scolaires dans les camps des réfugiés Saharaouis » (région de Tindouf, S.O. Algérie) contribue d’une façon significative à la sécurité alimentaire et la santé publique dans les camps des réfugiés. Des efforts continus y sont produits pour construire de plus en plus des jardins de famille. En complément, des semences collectées sont envoyées par des citoyens Européens, qui ne jettent plus à la poubelle ou sur leur tas de compost les semences des fruits tropicaux consommés (melons, pastèques, potirons, papayes, avocats etc.) ou des restants des semences de légumes (utilisés dans leurs jardins).

Pour des informations supplémentaires, visitez :
<http://www.zadenvoorleven.wordpress.com>
où vous trouverez des textes introductifs dans différentes langues.

Voici quelques photos prises dans des jardins de famille par l’ingénieur Taleb BRAHIM, coordinateur du projet, en Janvier-Février 2008

 lettuce
Belle laitue dans le sol du désert Sahara au camp des réfugiés de Smara.Bottle gardening in Smara
Des espèces de plantes différentes cultivées dans des bouteilles en plastique (pépinière) avant la plantation dans le sable du désert. Deux avantages sont enregistrés : limitation du volume d’eau d’irrigation et élimination des bouteilles en plastiques autrement jetées dans le désert.TC and drip irrigation

Quel sentiment magnifique de pouvoir cultiver pour la première fois en 30 ans dans les camps des légumes frais, pleins de vitamines et d’éléments minéraux, dans le sable du désert avec un remarquable minimum d’eau d’irrigation saumâtre (après avoir mélangé au sol le conditionneur de sol TerraCottem le long des tubes goutte-à-goutte jusqu’à une profondeur de 25 cm).
Gauche : betterave rouge; Centre : oignons; Droite : choux et laitue. Un cas de succès dans la lutte contre la désertification, les efforts pour la sécurité alimentaire et la santé publique, et les initiatives pour les revenus annuels.

Algérie : le projet UNICEF, un cas de succès (Willem)

Pour illustrer l’évolution pleine de réussite du projet UNICEF « Construction de jardins familiaux et de jardins scolaires dans les camps des réfugiés Saharaouis » (région d Tindouf, S.O. Algérie), voici quelques images prises dans des jardins de famille par l’ingénieur Taleb BRAHIM, coordinateur du projet, en Janvier-Février 2008.
Excellentes courgettes dans le sol sec du désert. Un miracle ? Pas du tout, seulement le résultat de l’application du conditionneur de sol TerraCottem et l’ensemencement de graines collectées par la population belge. Magnifique, non ?
Moestuin Smara

Des légumes frais, pleins de vitamines et d’éléments minéraux, dans le Sahara, bons pour une famille entière de l’automne jusqu’en février.

 kool

Choux juteux sautant du sable, prêts à convaincre tous ceux qui doutent encore qu’il y a des possibilités de cultiver des légumes frais dans le désert avec un minimum d’eau, même saumatre.
 ajuin

Bon pour une portion journalière d’oignons

Remarquez aussi la zone plus foncée dans le sable du désert, où le TerraCottem retient plus d’humidité et met à la disposition des plantes le minimum d’eau nécessaire pour la continuation de leur croissance.
Il m’étonne toujours que les organisations de coopération au développement ne font pas la même chose. Nous nous tenons à disposition pour les aider à augmenter la production de nourriture fraîche.

Semences de vie (Willem)

http://www.zadenvoorleven.wordpress.com

SEMENCES DE VIE

Chassons la faim et la pauvreté de la Terre

PROJET DE L’UNICEF DANS LES CAMPS DES REFUGIES DES SAHRAWIS (S.O. DE L’ALGERIE)

PROJET DE L’ORGANISATION SCAD EN TAMIL NADU (S. DE L’INDE)

 

COLLECTE DE SEMENCES DE FRUITS TROPICAUX ET DE LEGUMES JUSQU’A FIN 2008

En 2005 j’ai été invité par UNICEF ALGERIE en qualité de conseiller pour le projet “Petits jardins familiaux et jardins scolaires dans les camps de réfugiés Sahrawis dans le sud-Ouest d l’Algérie“. De notre étude préliminaire il est ressorti que nous pouvions apprendre aux familles et aux écoles de ces réfugiés (principalement des nomades et des pêcheurs), qui vivent dans ces camps au Sahara depuis déjà plus de 30 ans, comment aménager de petits jardins potagers. Nous pouvions également leur montrer comment ils pouvaient, à l’aide d’un conditionneur de sol, cultiver fruits et légumes en utilisant un minimum d’eau et d’engrais.Dans cette partie du Sahara (la région autour de la ville de Tindouf), il y a deux saisons :
(1) la saison d’automne-hiver (de septembre à janvier) pendant laquelle divers légumes peuvent être cultivés : laitues, betteraves rouges, carottes, oignons, persil, …
(2) la saison printemps-été (de février à août) pendant laquelle il fait trop chaud pour les légumes, mais où l’on peut cultiver divers fruits tropicaux, tels que melons, pastèques, potirons, poivrons, avocats, papayes, aubergines, …
L’aménagement de jardins familiaux et scolaires ne constitue pas en soi un gros problème (l’espace est disponible en suffisance). Si l’on utilise un conditionneur de sol qui emmagasine l’eau d’irrigation, une toute petite quantité d’eau est suffisante pour maintenir suffisament d’humidité afin d’assurer une croissance en continu. Malheureusement, nous y manquons de semences de fruits tropicaux et de légumes. Ces semences sont d’ailleurs beaucoup trop chères dans le commerce. De plus, pour ces populations, ce qui importe ce n’est pas tant de cultiver des variétés spéciales de grande qualité, mais bien de pouvoir disposer d’aliments juteux pendant la période la plus chaude de l’année, alors que rien d’autre ne pousse dans le désert.C’est pour cette raison que nous faisons appel à vous qui pouvez facilement montrer votre solidarité avec ces réfugiés démunis ou avec cette population rurale pauvre en Inde.

Nous ne vous demandons pas d’argent.
Il suffit d’envoyer, quand vous le pouvez, les graines et semences que vous trouvez dans les fruits que vous mangez vous-même : melons, pastéques, potirons etc.

Rincez simplement ces graines dans l’eau et laisser-les sécher sur une assiette (pas sur un papier car celui-ci va coller au graines). Quand ces semences sont bien sèches, placez-les dans une enveloppe en papier et inscrivez dessus le nom de l’espèce.
Plus nous récolterons de graines et de semences et plus nous pourrons aider de familles.

Pour nous c’est certain : ce projet peut devenir une initiave mondiale, car nous, citoyens des pays développés, jeunes et moins jeunes, de seniors à nos enfants et petits-enfants, nous pouvons tous collaborer. Aussi petite que soit votre contribution, aussi petit que soit le paquet de graines que vous enverrez, nous pouvons vous assurer qu’il contribuera toujours directement à une amélioration du niveau de vie des pauvres, car VOS SEMENCES ARRIVENT AUPRES DES PAUVRES sans aucun intermédiaire.

De cette façon, ensemble, nous contribuerons à combattre la faim et la pauvreté dans le monde.

MERCI DEJA DE TOUT COEUR POUR VOTRE AIDE
Vous pouvez m’envoyer directement vos semences :
pasfoto wvc

Prof. Dr. Willem VAN COTTHEM
Beeweg 36
B-9080 ZAFFELARE (Belgique)
Tél. +32 9 356 86 16
e-mail : willem.vancotthem@gmail.com

Vous pouvez aussi regrouper les semences avec des amis et envoyer des paquets plus grands à la même adresse.
Merci !
(Traduction par Valérie DEGROOTE)

Désertification et pauvreté : Message de Nouvel An pour un meilleur avenir (Willem)

Je viens de recevoir un très beau message d’une très bonne amie de l’Iran :

« Mon tres cher ami,

Bonne année et bon courage, je vous souhaite beaucoup d’énergie et de satisfaction dans ce que vous avez entrepris et je suis sure que vous allez réussir dans tout ce que vous faite car vous le faite avec le cœur et l’âme.

Khorasan Iran 02
Cliquez sur la photo pour l’agrandir

Je vous envoie cette photo que je trouve très belle et significative prise dans les villages du désert iranien dans le sud du pays dans le Khorasan du sud.

Chaleureusement, Khadija »
——————

Ma très chère Khadija,Avec un groupe d’amis, nous avons travaillé ensemble pendant des nombreuses années au sein de la CNULD (UNCCD), essayant de contribuer à l’amélioration de la position des ONGs dans la Convention. Nous avons essayé de montrer à multiples reprises, à tous les délégués du monde entier, la valeur intrinsique des bonnes pratiques et succès enregistrés avec nos projets à petite-échelle pour les populations rurales, agriculteurs et pastoralistes. Silencieusement, nous avons espéré que notre message concernant la nécessité de combiner les méthodes traditionelles avec des technologies modernes appropriées serait compris par certains décideurs, ayant une position-pilote pour la duplication de nos cas de succès dans beaucoup de pays affectés par la désertification. Aujourd’hui, nous espèrons toujours et nous le continuerons, probablement jusqu’à la fin de nos jours. Et pourtant, le jour viendra …

Votre image splendide ci-desssus, de cet jeune fille dans le désert Khorasan en Iran, rayonne pleinement cet espoir silencieux. Il me semble que l’enfant prie : « Que le jour vienne que les hommes ne s’entretuent plus, mais coopèrent pour améliorer la vie de tous les pauvres qui vivent dans les régions sèches de ce monde. S’il vous plait, ne nous offrez plus des cargaisons d’armes, mais des quantités suffisantes d’eau et de nourriture pour créer la paix partout. Car, sans paix notre vie est indécente, et avec vos armes elle ne le sera jamais ! »

Chère Khadija, voici mon voeu le plus sincère pour Nouvel An : Ne tuons plus cet espoir silencieux des enfants affamés pour un meilleur avenir … et certainement pas au nom de la « paix ». C’est une des raisons les plus importantes pour lesquelles je travaille maintenant avec UNICEF dans les camps des réfugiés au S.W. de l’Algérie, où nous créons des jardins de famille et des jardins scolaires en vue d’un développement durable. Ces enfants méritent notre soutien. Ils le méritent tous dans les régions sèches.

Salutations chaleureuses à toute la famille et une très bonne année 2008 avec une paix durable dans toute la région, Willem