Les futures fermes au Sénégal

Crédit Photo: WVC

Jardin Communautaire à Toubacouta (Sud du Sénégal)

Projet de la Fondation TC-Dialogue (Belgique) avec application du conditionneur de sol TerraCottem

Les fermes du futur au Sénégal

VIDEO

http://youtu.be/BxY7pijRu9E

CGIAR Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security (CCAFS)380 videos

Graines de vie : un petit potager fait avec VOS graines de légumes (GCI)

Lu au site : « J. Triponez – » <J.Triponez@gci50plus.com>

Les Points Contact gci

Produire de la richesse AUTREMENT

Globe-Contact International
Rue des Vosges 9 – CP 77
CH-2926 Boncourt Suisse

www.gci50plus.com

Informations intermédiaires
Août 09 (letb.709)

Graines de vie : un petit potager fait avec VOS graines de légumes – simple et direct !

« Je ne vous demande aucun soutien financier. Il suffit, en effet, de m’envoyer de temps en temps les graines (les pépins) qui se trouvent les fruits et les légumes qu’il vous arrive de manger : de melons, des pastèques, des citrouilles, des poivrons, des avocats, des papayes, des aubergines et autres. Rincez ces graines tout simplement sous l’eau, laissez-les sécher sur une assiette (pas sur du papier parce que cela colle) et envoyez-les moi (de préférence avec le nom du fruit que vous trouvez habituellement sur l’emballage ou l’étiquette).
Plus il y aura de graines et mieux ce sera, car il s’agit de milliers de potagers familiaux en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud et nous voulons donner le plaisir à toutes les familles de pouvoir semer « vos » graine et pépins. Ainsi chacun de vous contribue directement au succès du projet. Jusqu’à présent une bonne quantité de graine a été attribuées à 4 projets différents. :
* aux camps de réfugiés des Saharawis aus Sud-Ouest de l’Algérie (UNICEF)
* A la population campagnarde de Malawi / au Sud de l’Afrique (Patrick Dimusa)
* A la population campagnarde de Tamil Nadu / L’Inde du Sud (Rotary Anvers / SCAD)
* A l’école des malentendants de Ouahigouya / Burkina Faso (Sensorial Handicap Cooprations -SHC).

Pour nous, c’est sûr que le projet SEMENCES POUR VIVRES peut devenir une initiative à l’échelle mondiale parce que tous les citoyens dans les pays développés, riches, à savoir jeunes et vieux, seniors aux enfants, peuvent y coopérer. Le sachet de graines que vous nous envoyez conduira toujours directement à l’amélioration du niveau de vie des plus pauvres, sans que cela entraîne des obstacles d’organisation ou d’adminstration. Car: VOS GRAINES ARRIVENT TOUT DROIT EN LIEU MEME CHEZ LES PLUS PAUVRES.
C’est aussi comme ça qu’ensemble nous aidons à bannir la faim et la pauvreté dans le monde
 »

Prof. Dr. Willem VAN COTTHEM Beeweg 36 – BE-9080 Zaffelare – Belgique- email : willem.vancotthem@gmail.com
Son website/initiative s’appelle www.seedsforfood.org

Voyez aussi son site http://zadenvoorleven.wordpress.com avec un chapitre « Semences pour Vivre ».

La malnutrition et les jardins scolaires (Willem)

Veuillez lire l’article précedent de l’UNNews :

LE PAM ACCROÎT SON ASSISTANCE ALIMENTAIRE AU PAKISTAN

Mon attention fut attiré par le paragraphe suivant :

« Le PAM donne en effet chaque mois un bidon de quatre litres d’huile aux garçons et aux filles qui vont à l’école, ainsi qu’un sac de 50 kg de farine, afin d’encourager les parents à laisser les enfants à l’école au lieu de les faire travailler.« 

Inévitablement cela me fait penser au succès des jardins scolaires créés partout dans le monde.  Je me demande donc pourquoi cette « bonne pratique » n’est pas utilisée pour offrir aux enfants de toutes les régions qui souffrent de la sécheresse une nouriture fraîche quotidienne.  Investir dans des jardins scolaires, c’est investir dans un meilleur avenir pour la jeunesse.

Il va de soi que ce message est bien connu par le monde entier.  Alors, la construction de jardins scolaires devrait être une solution générale dans la combat de la malnutrion infantine.

ZIMBABWE : LE PAM LANCE UN APPEL À CONTRIBUTIONS DE 140 MILLIONS DE DOLLARS (UN NEWS / Willem)

Lu au site : UNNews <UNNews@un.org>

New York, Oct  9 2008  2:01PM

Le Programme alimentaire mondial <« http://www.wfp.org/english/ »>(PAM) a lancé jeudi un appel à contributions de 140 millions de dollars pour fournir une aide alimentaire au Zimbabwe, où plus de 5 millions de personnes sont menacés par la famine. Cette somme est destinée à couvrir les besoins pendant les six prochains mois. Sans cette contribution, les stocks du PAM seront épuisés en janvier, au plus haut de la crise, souligne l’agence des Nations Unies dans un communiqué.

« Des millions de Zimbabwéens manquent déjà de nourriture ou survivent avec seulement un repas pas jour et la crise va empirer dans les mois à venir », a déclaré le directeur régional du PAM pour l’est, le centre et le sud de l’Afrique, Mustapha Darboe. « Le PAM peut empêcher que cette crise ne devienne une catastrophe mais nous avons besoin de donations et nous en avons besoin maintenant », a-t-il ajouté.

Selon une mission d’évaluation du PAM et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (< » http://www.fao.org/index_fr.htm »>FAO), plus de 2 millions de personnes ont déjà besoin d’assistance. Ce chiffre atteindra 5,1 millions, soit 45% de la population, au début 2009. Le PAM prévoit d’aider autour de 4 millions de personnes.

La situation est déjà critique dans de nombreuses zones rurales, particulièrement dans les districts du sud mais aussi dans certains districts de l’est, du centre et du nord-ouest du pays. Un grand nombre de fermiers n’ont eu que de maigres récoltes cette année et ont épuisé leurs stocks.

La distribution de rations d’urgence par le PAM et ses partenaires humanitaires, qui a été retardée par les restrictions imposées par le gouvernement aux activités humanitaires pendant trois mois, a pu démarrer. Des dizaines de milliers de personnes ont reçu une assistance alimentaire vitale au cours de la semaine passée et le PAM espère atteindre le chiffre de 1,8 million d’ci la fin du mois.

——————–

MON COMMENTAIRE (Willem)

Tout en acceptant la nécessité des interventions d’urgence pour sauver des millions de personnes de la famine, je supplie tous les donateurs à investir au maximum dans des programmes qui visent le développement durable et l’autosuffisance alimentaire dans toutes les régions affectées par la séchersse et la désertification.

Je reste convaincu que la construction de petits jardins de famille et des jardins scolaires, chacun entouré d’une petite ceinture d’arbres fruitiers (pour le reboisement), serait le plus grand pas en avant en direction de ce développement durable.

Rémédier à chaque crise ou créer le sauvetage définitif ?  Moi, j’ai fait le choix après avoir vécu le succès des jardins de famille dans les camps de réfugiés près de Tindouf en Algérie.

2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire
2008 - Jardin de famille en plein désert du Sahara, la voie directe vers l'autosuffisance alimentaire

Engrais organique Indien stimulant la croissance de légumes et de fleurs (Willem)

Mon correspondant Indien Yogesh PATEL m’a envoyé un engrais organique Indien. Mes amis des jardins communautaires Slotenkouter à B9040 ST. AMANDSBERG (GAND, Belgique) ont fait des petits essais, qui ont démontré que cet engrais organique a un effet très positif sur la croissance des plantes (légumes et fleurs).

Voici quelques photos prises aujourd’hui, le 19 Juin 2008. On est invité à comparer avec quelques publications antérieures à ce site.

2008-07-19 : Jardin d’ Anne-Marie ROGIERS – Essai sur des haricots nains – Gauche : 2 rangées de haricots, plantés antérieurement – Centre : 1 rangée de plantes témoins (plus petites, plus jaunes) – Droite : 1 rangée de haricots traités (un peu plus grands et plus verts).

2008-07-19 : Jardin d’ Anne-Marie ROGIERS – Essai sur des haricots nains – Gauche : 2 rangées de haricots, plantés antérieurement – Centre : 1 rangée de plantes témoins (plus petites, plus jaunes) – Droite : 1 rangée de haricots traités (un peu plus grands et plus verts).

2008-07-19 : Jardin d’ André D’HOOGHE – Essai sur 2 rangées de poireaux – Avant-plan : Le premier mètre : poireaux traités – Arrière plan : poireaux témoins (contrôle). Petit avantage 2 semaines après le traitement.


2008-07-19 : Jardin d’ André D’HOOGHE – Essai sur 2 rangées de poireaux – Avant-plan : Le premier mètre : poireaux traités – Arrière plan : poireaux témoins (contrôle). Petit avantage 2 semaines après le traitement.

2008-07-19 : Jardin d’ Eddy CLAES – Essai sur des pots de Pelargoniums. Ces plantes étaient en état médiocre au moment du traitement. Changement remarquable en une période courte : les plantes commencaient à fleurir abondamment.

2008-07-19 : Jardin d’ André ROMBAUT – Essai sur endives (plantes à feuilles larges au centre) – Avant-plan (la première moitié des 2 rangées : endives traités plus grands et feuilles plus larges. Arrière-plan : endives non-traités (contrôle) plus petits et feuilles moins larges. Observation : Les plantes à fleurs de Tagetes, à gauche des endives traités, et les plantes de carotte, à droite des endives traités à l’avant-plan ont visiblement aussi profité du traitement à l’engrais de Yogesh PATEL, étant plus grands que les mêmes espèces à l’arrière-plan.


2008-07-19 : Jardin d’ André ROMBAUT – Essai sur endives (plantes à feuilles larges au centre) – Avant-plan (la première moitié des 2 rangées : endives traités plus grands et feuilles plus larges. Arrière-plan : endives non-traités (contrôle) plus petits et feuilles moins larges. Observation : Les plantes à fleurs de Tagetes, à gauche des endives traités, et les plantes de carotte, à droite des endives traités à l’avant-plan ont visiblement aussi profité du taitement à l’engrais de Yogesh PATEL, étant plus grands que les mêmes espèces à l’arrière-plan.

2008-07-19 : Jardin d’ André ROMBAUT – Partie centrale de l’image : Essai sur haricots nains – Avant-plan : haricots traités (plus grands, ayant plus de fleurs) – Arrière-plan : haricots non-traités plus petits, ayant moins de fleurs. La différence en production de gousses sera mesurée.


2008-07-19 : Jardin d’ André ROMBAUT – Partie centrale de l’image : Essai sur haricots nains – Avant-plan : haricots traités (plus grands, ayant plus de fleurs) – Arrière-plan : haricots non-traités plus petits, ayant moins de fleurs. La différence en production de gousses sera mesurée.

Nouvelles photos des jardins de famille au Sahara (Willem)

DES LEGUMES FRAIS DANS LES CAMPS DES REFUGIES

Au projet des jardins de famille de l’UNICEF au S.O. de l’Algérie les choses vont bien. Beaucoup de légumes ont été produit pendant l’automne et l’hiver. L’ingénieur agronome Taleb BRAHIM EL KHALIL m’a envoyé quelques belles photos avec des commentaires très intéressants (en Anglais et Français). Veuillez trouver ces photos dans mon album FLICKR PHOTOS en bas dans la colonne de droite de mon blog Anglais sur la désertification

http://desertification.wordpress.com

Cliquez sur cet URL pour trouver la première page de ce blog et puis cliquez sur « MORE PHOTOS » pour voir l’album en entier.

Burkina Faso : les récoltes remarquables de tomates de Méguet (Fondation Maastricht-Niou)

Lu au Bulletin « NIOU-NIEUWS » (Nouvelles de Niou), une publication de la Fondation « Comité Maastricht-Niou) – Volume 19, No. 1, Mai 2008 :


Photo de Pierre KABORé, Maire de Méguet, avec un des paniers de tomates.

————————————-

MA TRADUCTION (Willem)

Sous l’entête du Bulletin : PIERRE A LE VENT EN POUPE

Situation des Potagers


(Partie d’un rapport de Madeleine INCKEL et Iliasse TOGYENI, membres de la Fondation).

Tomates de Méguet

Ceci est devenu une notion dans la région.  En effet, les tomates de Méguet sont connues pour leur qualités supérieures. Elles sont belles et succulantes.  Elles sont les premières au marché, ce qui fait que la population en obtient un très bon prix.  La première récolte en Octobre rapporte 10.000 CFA par panier (environ 25 kg).  La deuxième récolte en Février rapporte 2.500 CFA par panier, car en cette période une masse de tomates d’autres jardins arrivent au marché.

De la structure originale (1 hectare, divisé en parcelles de 25 x 25 m) on ne trouve plus rien.  Les résultats sont remarquables.  Tous ceux qui arrivent à construire un grillage, collent leur jardin personnel au grand jardin, qui de ce fait est devenu une structure amibienne en activité continuelle.  Pendant la période d’Août en Octobre on ne peut même pas parler d’un jardin, car le tout couvre une superfficie énorme de 10 hectares.  Autour des berges du barrage de Méguet se forme alors une grande plaine verte.  De Novembre en Février la superficie est reduite à la moitié.  Par la présence de crocodiles saintes l’entrée de cette région est défendue.  En plus, le terrain est devenu trop sec.